Apprendre à communiquer de façon plus authentique avec l’autre et avec soi-même – Initiation à la Communication Non Violente

By on 27 janvier 2015
Crédit photo : © petunyia - Fotolia.com

Crédit photo : © petunyia – Fotolia.com

 

Apprendre à communiquer de façon plus authentique avec l’autre et avec soi-même – Initiation à la Communication Non Violente

Pour apprendre à entendre vraiment l’autre et être enfin entendu par lui 

 

Dans mon article du 22 janvier sur le pardon à soi-même, je vous ai parlé de l’une des clés de ce qu’on appelle la Communication non Violente. C’est une méthode mise au point par Marshall Rosenberg pour apprendre à communiquer plus sainement avec l’autre (et avec soi-même), pour ouvrir la porte à un dialogue beaucoup plus profond, à une véritable écoute.

C’est quelque chose de très précieux dans notre vie quotidienne, et d’autant plus à l’heure actuelle où la violence est omniprésente. Le train de vie que nous menons génère toujours plus de stress, de tensions, de crispations, et parfois, souvent même, un tout petit rien peut mener à un conflit ou à bien pire dans certains cas.

Le problème ne vient pas des différences qui existent entre les uns et les autres ou de nos incompatibilités d’humeur. La cause de toutes ces tensions est souvent la difficulté que nous avons à exprimer nos besoins et aussi à entendre ceux des autres (parce qu’ils ne savent pas non plus comment les exprimer clairement).

J’aimerais donc m’appuyer sur un texte écrit ce matin pour les ateliers virtuels pour vous parler plus concrètement des principes de la Communication Non Violente et vous inviter à expérimenter cette méthode dans votre quotidien.

 

La Communication Non Violente, c’est quoi ?

 

L’un des principes fondateurs de la Communication Non Violente est que derrière chaque critique, chaque jugement, chaque reproche, etc., il y a un besoin non satisfait, les attaques extérieures n’étant que des tentatives très maladroites d’exprimer ce besoin.

En somme, quand quelqu’un nous blâme ou nous attaque, le but de la manœuvre n’est pas réellement de nous blesser, mais plutôt de tenter de répondre au besoin présent. On comprendra aisément que cette approche donnera bien souvent des résultats contraires à ceux espérés, d’où l’intérêt d’apprendre à communiquer différemment.

Le but de la manœuvre est de faire preuve d’empathie envers l’autre, de sortir des jugements pour se concentrer seulement et uniquement sur les besoins qui sont cachés derrière les propos de l’autre, en faisant preuve de bienveillance et en suivant cet élan du cœur qui est naturellement le nôtre. L’autre bénéfice est d‘apprendre à exprimer clairement ses propres besoins, et surtout de le faire sans mettre l’autre en cause, en restant centré sur soi, car c’est ça qui permet d’être véritablement entendu et qui évite à l’autre d’entendre une accusation là où il n’y a que l’expression d’un besoin personnel.

J’ai découvert cette formidable technique à travers les ouvrages de Marshall Rosenberg (fondateur de la méthode) et celui qui est à mes yeux le plus complet est « Les mots sont des fenêtres ou bien ce sont des murs » dont je vous avais déjà parlé. Il nous donne toutes sortes de clés pour mieux comprendre les autres et soi-même, pour sortir des jugements et laisser parler le cœur tout simplement 🙂

 

Bénéfices immédiats

 

Personnellement cette méthode m’a beaucoup apporté. Malgré ma conception de la Vie et mon expérience dans le développement personnel, il m’a été pendant longtemps bien difficile d’exprimer clairement mes besoins et attentes sans qu’ils ne prennent l’allure d’exigences. Du coup, au lieu de trouver une réponse favorable ou au moins un « Non » qui ne me donne pas le sentiment d’une attaque, il m’est arrivé bien souvent de me retrouver confrontée à un conflit en ayant la douloureuse impression de n’avoir été ni entendue ni comprise.

Autant dire qu’à la longue, c’est source de beaucoup de frustration et même de souffrance, en fonction du domaine de notre vie concerné.

La découverte de la CNV (Communication Non Violente) et sa mise en pratique ont vraiment tout changé, parce qu’il m’est non seulement devenu facile d’identifier mes besoins et de les exprimer, sans tensions, mais ça m’a également permis de mieux comprendre mes interlocuteurs et de percevoir clairement ce qui se cachait derrière la façade, au lieu de foncer droit dans le mur !

Les principes de la CNV sont faciles à mettre en pratique et un peu d’entraînement permet d’en faire une habitude de vie extrêmement saine, non seulement pour nous, mais aussi pour tous ceux qui gravitent autour de nous.

Le quotidien nous offre bon nombre d’occasions pour mettre en pratique cette technique, et plus on s’entraîne à être attentifs à nos besoins et à ceux des autres, moins on tombera dans les pièges habituels de nos mécanismes inconscients.

 

Démonstration à travers un grand classique

 

Prenons un exemple pour illustrer le fonctionnement de cette méthode.

Une épouse furieuse lance à son mari : « J’en ai marre de te voir vautré sur le canapé pendant que je me démène pour que la maison soit propre et rangée ! »

À première vue, c’est une attaque. Sans même travailler chez Météo France, on peut voir les nuages noirs arriver et il y a toutes les chances que cette situation ouvre la porte à une dispute ou, dans le meilleur des cas, que le mari emprunte cette même porte pour sortir de la pièce pour ne plus se sentir agressé.

Qu’est-ce qui se passe donc du côté de Madame ?

Si on considère ses propos sous l’angle de la Communication Non Violente, on ne s’arrête pas à ce qu’elle dit, mais on cherche plutôt à entrevoir quels sont les besoins non satisfaits derrière sa « lance » verbale.

De quoi cette femme pourrait-elle avoir besoin ? Eh bien, elle aimerait peut-être simplement avoir un coup de main et être soutenue dans ce qu’elle fait, ou alors elle aimerait obtenir de la reconnaissance pour le mal qu’elle se donne. Il peut s’agir de ça ou de tas d’autres besoins, mais tant qu’elle ne met pas de mots clairs dessus, son interlocuteur ne pourra qu’entendre ce qui est dit, et ce n’est pas très rose :-s

Au lieu d’exprimer directement ce dont elle a besoin, cette femme lance une accusation piquante dans le but de provoquer une réaction chez l’autre, et bien sûr, il y a peu de chances que la réaction en question soit celle attendue et qu’elle obtienne ce qu’elle désire. Son mari se sentira sans doute fortement piqué (sauf s’il pratique déjà la CNV :-)) et il aura encore moins envie de participer.

 

La CNV en pratique !

 

Pour formuler une demande en utilisant les principes de la Communication Non Violente, voilà comment procéder :

 

On parle tout d’abord de ce qu’on observe, sans porter de jugement, en faisant un simple constat des faits. Pour rester dans notre exemple, l’amorce pourrait être celle-ci :

« Quand je te vois allongé sur le canapé pendant que je fais le ménage … »

Il est important de veiller ici à ce qu’il n’y ait pas d’accusation dans nos propos et qu’on reste seulement et uniquement dans un constat neutre de ce qui se passe. Si vous dites « Quand je te vois vautré sur le canapé… » le terme « vautré » a une connotation négative et ressemble plus à un jugement qu’à un constat pur et simple. La CNV nous invite à faire preuve de bienveillance et à laisser tomber les jugements qui sont nocifs aussi bien pour les autres que pour nous. Faites simplement de votre mieux dans ce sens et laissez-vous le temps de faire le chemin !

 

Ensuite, on exprime ce qu’on ressent :

« … je me sens frustrée / en colère / déçue / irritée / furieuse /etc…. »

Identifiez ce que vous ressentez en dirigeant toute votre attention vers les émotions qui se manifestent en vous pour cette seconde étape.

 

Puis on exprime ses besoins :

«  … parce que j’aimerais / j’aurais besoin de recevoir de l’aide et du soutien (par exemple) … »

Attention ici : Si vous dites « Je me sens frustré(e) parce que TU… » vous entrez dans l’accusation et vous rendez l’autre responsable de votre état émotionnel. Chacun n’est responsable que de lui-même, et les autres ne sont pas responsables de ce qui se passe en nous. Leur attitude ou leurs paroles auront peut-être représenté un élément déclencheur, mais il ne s’agit en aucun cas de la cause de notre malaise. Ce sont les pensées que nous entretenons en réaction à certains faits extérieurs qui créent en nous de la souffrance, de la colère ou d’autres émotions négatives. Ce ne sont pas les situations elles-mêmes ou les autres qui posent souci, mais seulement et uniquement la façon dont on se positionne en rapport avec cela. Les autres ne sont pas responsables de ce qui se passe en nous (contrairement à ce que bon nombre d’entre nous ont appris) et de la même façon, nous ne sommes pas responsables de ce que les autres vivent ou ressentent. (Voir mon article sur ce thème pour approfondir le sujet)

 

Enfin, on termine en exprimant une demande claire et précise, sans imposer :

« … Serais-tu d’accord pour m’aider en faisant telle tache ? »

Remarquez que pour cette dernière partie, on interroge l’autre non pas en exigeant de lui qu’il fasse ce qu’on lui demande, mais en lui demandant s’il serait d’accord pour… La réponse peut être Oui ou Non, et dans un cas comme dans l’autre, on accueille la réponse donnée.

 

La CNV pour désamorcer nos « bombes » émotionnelles

Cette démarche est très importante, car le simple fait de faire ce chemin et de nous reconnecter à nos besoins nous permet de sortir des émotions pesantes qu’on aurait laissé exploser autrement, et il y a ainsi beaucoup plus de chances pour nous d’obtenir ce dont nous avons besoin et de vivre des rapports harmonieux et sereins, de véritables échanges authentiques avec les autres.

Renversez la vapeur pour voir et demandez-vous quelle serait votre réaction dans un cas et dans l’autre, si on exigeait quelque chose de vous ou si on vous lançait des accusations, et si on formulait une demande claire en utilisant le processus de la Communication Non Violente. Vous auriez sans doute beaucoup plus envie d’apporter votre aide à l’autre si la demande était formulée comme dans l’exemple ci-dessus, n’est-ce pas ?

La CNV demande un peu de pratique, parce qu’elle sort complètement de nos modes de fonctionnement habituels, mais c’est un outil très précieux pour désamorcer les conflits et avoir des échanges beaucoup plus lumineux et agréables avec les autres, et une fois qu’on a commencé à utiliser cette méthode, il devient de plus en plus facile de la mettre en pratique jusqu’à ce que ça devienne un élan naturel.

 

Grâce à la CNV, il devient beaucoup plus facile d’entendre le vrai message

Quand on utilise ce mode de communication, on reste à l’affût des besoins de l’autre lorsqu’il exprime quelque chose de négatif à notre encontre, et du coup, au lieu d’être affecté par ce qu’il dit ou fait, on entend le besoin qui cherche à s’exprimer derrière l’attaque, et on peut alors réagir avec empathie et là aussi, désamorcer bien des conflits.

Si vous vous retrouvez confrontés à ce cas de figure, avant de réagir en mode automatique comme vous le feriez habituellement, respirez un grand coup et cherchez à identifier quel besoin l’autre pourrait avoir. Ensuite, posez-lui directement la question. Même si vous n’arrivez pas à cibler directement la véritable émotion présente et le besoin qui se cache derrière, ça ne fait rien. Tentez le coup et allez-y à tâtons jusqu’à avoir mis le doigt dessus.

Demandez par exemple à l’autre : « Te sens-tu frustré / irrité / déçu / en colère / triste /etc. parce que tu voudrais que… ? » et voyez quelle réaction vous obtenez.

Si l’autre continue dans ses attaques, poursuivez sur votre lancée. Quand vous allez mettre la doigt sur le véritable nœud, l’autre va se sentir entendu, et vous allez remarquer un apaisement immédiat, un relâchement dans son attitude ou sa voix. Une fois que l’autre aura le sentiment d’avoir été entendu, il s’arrêtera tout seul et chacun de vous y aura gagné quelque chose.

Pour vous entraîner dans ce sens, vous pouvez tout à fait repenser à des situations passées et rejouer la scène en adoptant tour à tour les deux rôles pour essayer d’identifier quels besoins se cachaient derrière les attaques lancées.

Le fait de nous reconnecter à nos besoins permet à nos émotions pesantes d’être libérées, car le rôle de ces émotions pourrait être simplement de nous inviter à revenir à l’essentiel en prenant soin de nous 🙂

 

En vous souhaitant le meilleur !

Laure

 




+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligne et outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 







About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

14 Comments

  1. Nathalie N.

    28 janvier 2015 at 04:19

    Sans le savoir, j’ai donc découvert la CNV qui en fait, inconsciemment, la méthode que j’ai appliqué pour me sortir de mes combats intérieurs (et extérieurs)
    En douceur, j’ai appris à mettre des mots sur mes maux, à prendre soin de ne plus accuser l’autre puisque mes réactions ne venaient que de moi et moi seule, de ne plus juger etc….. et d’arrêter les reproches !
    Nous sommes tous acteurs de notre vie et ce que nous ressentons ne vient que de nous et jamais à cause de l’autre.
    Ouvrir les yeux sur soi même permet cette belle remise en question pour le plus grand bien de notre épanouissement

    • Laure Zanella

      28 janvier 2015 at 08:58

      Merci pour ce partage Nathalie. Se tourner vers l’intérieur pour prendre soin de ses blessures est l’un des plus beaux cadeaux qu’on peut s’offrir à soi-même, et qui ricoche inévitablement sur les autres 🙂

  2. Pingback: Laure Zanella | Pearltrees

  3. Pingback: Comment améliorer nos relations en apprenant à demander clairement ce que l’on veut | Transformez votre vie !

  4. Pingback: La colère que nous ressentons envers les autres n’est souvent qu’une projection de celle qu’on ressent envers soi-même | Transformez votre vie !

  5. Pingback: Comment nos pensées influencent la nature de nos rapports avec les autres | Transformez votre vie !

  6. Pingback: A quel point sommes-nous attachés à notre douleur et à notre rôle de victime ? | Transformez votre vie !

  7. Pingback: Finances : votre conjoint torpille vos plans | Transformez votre vie !

  8. Pingback: Mettre fin aux difficultés relationnelles | Transformez votre vie !

  9. Pingback: Les enfants et la loi d'attraction | Transformezvotrevie

  10. Pingback: Pour que les autres ne puissent plus vous atteindre... | Transformezvotrevie

  11. Jeanne

    20 avril 2017 at 17:42

    Bonjour Laure, suite à mon cheminement pour me défaire du rôle de victime, je me vois souvent dans une position où un sauveur s’impose à moi. Ça me met dans une colère noire. Il y a plusieurs années, j’acceptais de laisser les autres gonfler leur ego en m’utilisant mais depuis que je ne me positionne plus en sauveur et que j’apprends à m’affirmer, on dirait que certaines personnes ne veulent pas «perdre leur victime». Je reconnais le besoin de l’autre là-dedans mais mon besoin à moi c’est de ne plus y répondre. Un peu compliqué n’est-ce pas? Merci. 🙂

    • Laure Zanella

      20 avril 2017 at 19:25

      La vie vous offre de multiples occasions de bien vous ancrer dans votre nouveau positionnement 🙂 Alors, c’est certain, au début, la colère est souvent de la partie parce qu’on en a assez que les autres cherchent systématiquement à nous remettre dans cette case dont on a choisi de s’échapper, et puis petit à petit, à mesure qu’on se sent plus légitime dans son nouveau rôle, on peut commencer à regarder les autres avec leurs masques sans plus s’en sentir perturbé. Mais chaque chose en son temps 🙂

  12. Laurent

    22 avril 2017 at 13:40

    Bel article. Ça me fait penser que j’ai acheté en livre il y’a longtemps. Faudrait que je le lise ;-). Mais je crois que j’ai compris l’idée même si j’ai du mal à exprimer aux autres mes propres besoins.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *