Ces permissions qu’il est essentiel de se (re)donner…

By on 7 septembre 2016

Crédit photo :  jill111 - Pixabaycom

Crédit photo : jill111 – Pixabaycom

Ces permissions qu’il est essentiel de se (re)donner…

Qu’est-ce qui représente selon vous le plus gros frein à votre réussite, qu’elle soit professionnelle, affective, financière ou autre ?

Beaucoup de gens répondront à cette question en me parlant de toutes sortes d’éléments extérieurs qui semblent systématiquement vouloir s’interposer entre eux et la réalisation de leurs rêves…

D’autres parleront de leurs peurs, de leurs échecs précédents qu’ils pensent devoir inlassablement répéter et qui les condamnent donc, selon eux, à un avenir plutôt sombre.

On pourrait donner toutes sortes de réponses à cette question… Mais celle que je vois apparaître le plus souvent dans le cadre des consultations individuelles est celle-ci :

Le plus gros frein à notre réussite dans n’importe quel domaine n’est pas quelque chose qui est lié à ce qui se déroule ici et maintenant, à nos capacités et aptitudes ou aux circonstances extérieures, mais plutôt quelque chose qui appartient au passé et qu’on vient constamment revalider en continuant de s’y accrocher, en pensée…

Le seul moyen de s’en libérer est de prendre conscience de ce mécanisme, de mettre en lumière ce qui se passe concrètement derrière la façade, et c’est ce que nous allons aborder aujourd’hui ensemble.

« Arrête de pleurer… » « C’est vilain d’être en colère… » « Sois gentil(le) tu veux… » « Tu dis n’importe quoi… » « Arrête de me faire honte… » « Une bonne personne ne se comporte pas comme ça… » « Tiens-toi tranquille… »

Ça vous dit quelque chose ?

Si vous éprouvez toutes sortes de difficultés affectives ou émotionnelles, que vous avez l’impression de ne pas avancer dans votre vie, de ne pas pouvoir accéder à la réussite que vous méritez, alors je vous invite à simplement lire cet article et à voir ce qui pourrait en ressortir pour vous… Qui sait quelle porte pourrait alors s’ouvrir devant vous… 🙂

 

 

Qui êtes-vous ?

Qu’est-ce qui fait que vous êtes qui vous êtes aujourd’hui ? Les choix que vous avez faits tout au long de votre cheminement et ceux que vous allez décider de faire aujourd’hui ont bien sûr un grand rôle à jouer… Mais qu’est-ce qui constitue la base de départ ?

Eh bien, cette base de départ c’est l’éducation que nous avons reçue, notre environnement familial, toutes ces personnes que nous avons côtoyées durant notre enfance et qui nous ont fourni la matière pour constituer notre système de croyances, et du côté de ce système de croyances, il y a énormément de bâtons qui ne demandent qu’à se coincer dans nos roues…

Le but du jeu va donc être de les identifier pour pouvoir s’en libérer.
En premier lieu, je vous invite à poser à l’écrit tous les blocages que vous pouvez percevoir en vous, tout ce que vous pourriez mettre derrière « J’ai du mal à… »

Ca pourrait être : J’ai du mal à exprimer mes émotions / J’ai du mal à m’affirmer / J’ai du mal à me sentir à l’aise en société / J’ai du mal à être moi-même / J’ai du mal à avancer professionnellement / etc. »

 

 

Vos modèles

Une fois que vous avez identifié les difficultés que vous rencontrez, je vous propose un petit retour en arrière.

Prenez un peu de temps pour choisir un premier élément de votre liste tout d’abord, et vous replonger dans votre enfance…
Quels sont les messages que vous avez reçus à ce sujet ou les comportements que vous avez pu observer ?

Pour reprendre l’exemple qui concerne la difficulté à exprimer ses émotions, il se peut que vous ayez entendu à répétition des phrases comme celles citées dans l’introduction de l’article : « Arrête de pleurer / Il ne faut pas pleurer / Si tu arrêtes de pleurer, je te donnerai telle chose » ou encore « C’est mal d’être en colère / Arrête de me regarder avec cet air ou tu seras puni / Arrête de faire des caprices / Tu n’as pas honte de t’énerver pour si peu de choses ?! »

Vous avez peut-être simplement observé les autres autour de vous qui se contenaient systématiquement, à chaque fois qu’une émotion était en train de monter, qui serraient les dents, qui avalaient tout sans broncher alors qu’on percevait clairement le malaise en eux, etc.

Essayez si possible de repérer les éléments qui ont donné naissance à vos propres mécanismes limitants.

Le but ici n’est pas de pointer du doigt ce qui a été à l’origine de vos propres blocages, mais simplement d’identifier ce qui a besoin d’être remis à sa juste place aujourd’hui.

D’ailleurs, que vous vous souveniez clairement de ce qui a déclenché vos blocages ou non n’est pas tellement important. Ce qui va l’être, c’est ce qui suit 🙂

 

 

Le feu vert

Quoi que vous ayez pu vivre, et quoique vous viviez aujourd’hui, très souvent, les difficultés que vous allez rencontrer dans votre cheminement vont s’activer parce que quelque chose en vous qui est encore souffrant vous pousse à adopter votre ancien mode de fonctionnement, celui que vous avez créé durant votre enfance.

Ce n’est alors plus l’adulte que vous êtes aujourd’hui qui réagit, mais la petite fille ou le petit garçon que vous étiez autrefois…
Pour sortir du piège, la clé va être que VOUS, ici et maintenant, vous vous donniez les permissions sur lesquelles ont été posés des interdits par le passé.

Pour « Arrête de pleurer », à chaque fois que vous allez sentir une émotion monter en vous et que vous allez sentir que vous vous bloquez, fermez les yeux, respirez profondément et dites-vous mentalement ou à voix haute de préférence : « Tu as le droit de pleurer »

 

Ensuite, restez là dessus un petit moment et observez alors ce qui se passe en vous…

Peut-être qu’il faudra insister quelque peu au départ, qu’il faudra répéter cette phrase un certain nombre de fois, mais à force de recommencer ce processus, il vous sera de plus en plus facile de vous restituer ce qui vous revient de droit et d’accéder ainsi à une liberté toujours plus grande, accompagnée d’un réel et profond bien-être.

 

 

À vous de jouer

La clé est à présent entre vos mains. À vous de voir si vous avez envie de l’utiliser ou non.

Si c’est le cas, voilà une liste de ces permissions que vous ressentirez peut-être le besoin de vous accorder à présent :

« Tu as le droit d’être triste »
« Tu as le droit d’être en colère »
« Tu as le droit d’être qui tu es »
« Tu as le droit d’exister »
« Tu as le droit de réussir »
« Tu as le droit d’échouer »
« Tu as le droit de faire des erreurs »
« Tu as le droit d’être imparfait »
« Tu as le droit de prendre ton temps »
« Tu as le droit d’être différent »
« Tu as le droit d’avoir tes propres opinions »
« Tu as le droit de changer d’avis »
« Tu as le droit de t’aimer »
« Tu as le droit de te reposer »
« Tu as le droit de prendre soin de toi »
« Tu as le droit de penser à toi en premier »
« Tu as le droit de ne pas savoir où tu en es »
« Tu as le droit de demander de l’aide »
« Tu as le droit de ressentir ce que tu ressens, de vivre ce que tu vis, de faire ce que tu fais »
« Tu as le droit de… [à vous de compléter] »

Vous pouvez même vous imprimer cette liste ou la réécrire à la main et la relire chaque jour jusqu’à ce que vous vous sentiez parfaitement en paix avec tout ça 🙂

 
Et si vous souhaitez réagir à cet article et partager avec les autres lecteurs vos réflexions ou expérimentations sur ce thème, rendez-vous dans l’espace de commentaires.

 

Une très jolie journée à tous et à bientôt
Laure 🙂

 

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis plus de 15 ans !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *