Chère culpabilité, il est temps de plier bagage !

By on 8 décembre 2015

Crédit photo : Alexas_Fotos - Pixabay.com

Crédit photo : Alexas_Fotos – Pixabay.com

 

Chère culpabilité, il est temps de plier bagage !

Vous arrive-t-il souvent de vous sentir coupable ? Vous est-il par exemple arrivé dernièrement de dire non lorsqu’on vous a demandé un service et de vous sentir mal ensuite en ayant l’impression de ne pas avoir fait ce que vous étiez censé faire ou encore d’avoir peur de passer pour une mauvaise personne ?

Vous est-il arrivé de gronder sévèrement l’un de vos enfants qui chahutait un peu trop parce que vous étiez fatigué ou de mauvaise humeur et d’avoir l’estomac noué par les remords ensuite ?

Vous est-il arrivé de ruminer un choix passé en voyant les conséquences négatives qui en ont découlé et en vous plaçant vous-même sur le banc des accusés ?

La culpabilité est quelque chose que nous connaissons tous, mais est-elle vraiment justifiée et surtout, comment faire pour s’en libérer ?

 

Utilité ? Ou pas ?

J’ai pour habitude de dire que chaque chose a toujours un sens et une utilité, mais il existe des exceptions à chaque règle, et la culpabilité est l’une de ces exceptions.

Concrètement, quand vous vous prenez la tête parce que vous avez agi à l’encontre de vos valeurs personnelles, que vous êtes là à ruminer, à vous vous blâmer et à vous autoflageller, est-ce que ça change quelque chose à ce qui s’est passé ? Non !

Le passé est le passé et ce qui est derrière nous ne pourra plus être changé.

Est-ce que votre sentiment de culpabilité change quelque chose à ce que vous vivez au moment présent ? Par rapport aux circonstances elles-mêmes, cette culpabilité ne change rien. Elle ne va pas vous conduire à des solutions ni transformer l’expérience que vous vivez. Par contre, elle apporte de gros changements à votre état d’esprit et la façon dont vous vous sentez.

Cette culpabilité génère un malaise en vous et a tendance à vous paralyser plus qu’autre chose. Elle vous enchaîne au passé au lieu de vous laisser libre d’avancer, et elle n’apporte rien à votre présent !

On pourrait dire que si on se sent coupable, alors au moins on ne refera plus le même choix, mais concrètement, il n’y a pas besoin de la culpabilité pour ça ! On peut simplement faire un constat, considérer d’un côté nos choix passés et de l’autre les résultats obtenus, et voir que ces résultats ne nous conviennent pas. On fera alors tout naturellement d’autres choix pour l’avenir et il n’y a nul besoin de rester enfermé dans la culpabilité pour ça.

Alors à quoi peut bien servir la culpabilité ?

Il se peut que pour certaines personnes, ce soit un moyen inconscient de solliciter le pardon des autres. Si on se sent coupable et qu’on le montre, ceux que nous avons pu blesser à travers nos choix comprendront peut-être que nous n’avions aucune intention de faire le mal… Mais alors, pourquoi ne pas leur dire directement plutôt que de continuer à se culpabiliser ?

Quand nous nous sentons coupables et que nous nous maintenons là-dedans, ça revient à nous punir doublement. Non seulement il y a eu quelque chose qui nous a fait nous sentir mal, mais en plus, on continue de se punir en entretenant ce sentiment au lieu de chercher en quoi nous pourrions tirer une leçon constructive de cette expérience.

Alors à quoi sert la culpabilité ? Elle ne sert à RIEN ! Tout simplement 🙂 C’est une construction du mental qui ne fait que pomper notre énergie et représente une espèce de chaîne à notre pied.

Vous culpabiliser pour ce qui s’est passé hier ou il y a 20 ans ne changera rien aux événements et ne fera que ternir votre état intérieur.

Mais vous n’êtes plus obligé de continuer à avancer dans ce sens !

 

 

Donner un sens pour se libérer

Pour sortir de cette spirale, il est donc important de prendre conscience de l’inutilité de la culpabilité et de voir ce que nous pouvons faire à partir de là.

Si vous vous arrêtez aux conséquences fâcheuses que vous avez pu rencontrer ou que vous continuez à vous blâmer parce que vous estimez ne pas avoir été à la hauteur dans telle ou telle situation, vous vous posez en victime de vous-même et vous n’avancez pas.

Par contre, si vous cherchez quel enseignement vous pourriez retirer de cette situation et en quoi vos « erreurs » peuvent vous permettre de faire de meilleurs choix à l’avenir, vous allez donner un sens à ce que vous vivez et vous pourrez laisser aller la culpabilité.

Au final, c’est une question de choix :

=> Est-ce que je continue de me punir ?
=> Est-ce que je choisis d’avancer ?

À chacun de décider.

Il y a aussi un aspect important à considérer sur lequel je reviens souvent : au moment des faits, si vous aviez pu réagir autrement, vous l’auriez sans doute fait. Vous ne pouvez pas juger une situation du passé en fonction de la compréhension de la Vie que vous avez aujourd’hui.

Il est important de remettre chaque chose dans son contexte et de voir que nous ne sommes que des êtres humains qui font de leur mieux en fonction de ce qu’ils ont vécu, de leurs souffrances et croyances limitantes.

La culpabilité ne sert vraiment à rien, et elle vous empêche de puiser dans vos ressources intérieures pour avancer vers une version toujours plus lumineuse de vous-même.

Vous pouvez simplement choisir de la laisser aller, et vous pouvez le faire à n’importe quel moment.
À vous de décider 🙂
Si vous avez envie de partager avec nous vos réflexions et expériences sur le sujet, je vous donne rendez-vous dans l’espace de commentaires tout en bas de page !

 

Passez tous une excellente journée et à bientôt
Laure

 


 

 

Découvrez les derniers arrivants en éditions papier !

Cliquez sur les couvertures ci-dessous pour accéder à l’ouvrage sur Amazon.fr

(Egalement dispo sur tous les autres sites Amazon – Edition papier et Kindle)

Liste complète des ouvrages de Laure en cliquant ICI !

 

 

 


 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

9 Comments

  1. christelle

    8 décembre 2015 at 15:33

    Bonjour Laure et merci pour cet article cadeau que vous nous offrez!!!
    Je vais certainement encore faire des prises de conscience concernant la culpabilité car le fait de lire l’article m’a un peu « retournée », j’ai certainement encore des schémas de culpabilité à conscientiser… super, encore du nettoyage en perspective 😉
    A bientôt.
    Christelle

    • Laure Zanella

      8 décembre 2015 at 20:07

      Merci pour votre message Christelle. Effectivement, si ça vous secoue, c’est qu’il y a des choses qui s’apprêtent à bouger et le fait de l’accueillir dans ce sens vous aidera à avancer d’autant plus vite 🙂 Passez une belle soirée et à bientôt !

  2. Jeanne

    8 décembre 2015 at 22:03

    Bonjour, il y a beaucoup à nettoyer dans ce domaine pour moi aussi. C’est peut-être un peu par habitude que je me culpabilise. Enfant, j’ai beaucoup été culpabilisée plutôt qu’éduquée. Il est important pour moi d’apprendre à choisir en qui j’accorde ma confiance. Ce qui est plus difficile quand certains membres de la famille sont les plus traîtres. Il faut donc en faire son deuil. Merci pour cet article.

    • Laure Zanella

      9 décembre 2015 at 13:12

      Bonjour Jeanne,
      C’est effectivement une sorte de deuil qu’il faut faire pour accepter les autres tels qu’ils sont, et non comme on espérait qu’ils soient. S’autoriser à vivre les choses comme on le souhaite est un réapprentissage à faire quand la culpabilité à fait partie intégrante de notre vie pendant longtemps, mais petit à petit, on se libère et on fait entrer de plus en plus de joie dans sa vie 🙂

  3. josiane

    8 décembre 2015 at 22:23

    bonsoir Laure, merci pour cet article. J’ai culpabilisé plus d’une fois, on se sent vraiment mal dans ces conditions, on se torture l’esprit et tout le reste avec, on se punit en faite. Il m’est arrivée de refuser mais le malaise en moi ne tarder guére à arriver, pointe au coeur, les pensées qui fusent de toutes parts, c’est un vrai champ de bataille à l’intérieur, en tout cas moi, je le vis mal car c’est trés rare que je refuse un service ou autre mais desfois suivant les situations, on dit non. Le malaise étant, il m’est arrivée d’aller vers ce à quoi j’avais dit non tellement ça prend au tripe, c’est un soulagement à ce moment là, mais il m’est aussi arriver de me faire mal à l’intérieur, de me punir en quelque sorte. Ah culpabilité quand tu nous tient, tu nous lache pas. Et bien, si ça m’arrive de nouveau, c’est moi qui vais te lacher cette fois. Merci infiniment pour tout ce que vous transmettez, que de solutions miracles. Bonne soirée, à bientot 🙂

    • Laure Zanella

      9 décembre 2015 at 13:13

      Merci pour votre message Josiane. La culpabilité peut en effet avoir la dent dure en fonction de l’éducation que l’on a reçu et de tout ce qui compose notre parcours. Après, c’est effectivement une question de choix, et quand on se rend compte de ce qui se passe en soi, on peut alors emprunter de nouvelles voies qui seront plus heureuses pour soi. Passez une excellente journée !

    • CHRISTELLE

      9 décembre 2015 at 13:22

      Bonjour Josiane,
      Je vous partage ce que je fais dans ces cas-là. Dès que je sens le malaise de la culpabilité, je m’arrête, je le regarde (je lui donne l’image d’un personnage comique d’un dessin animé), je lui dis que je l’ai reconnu et que je l’accueille et puis ensuite, je le prends dans mes bras (c’est plus facile quand on la remplace par un personnage…)et puis ce malaise s’en va ou du moins, s’atténue.
      Voilà, Josiane, si jamais ça peut vous aider un peu…
      Merveilleuse journée remplie de joie.
      Christelle

  4. Marie

    9 décembre 2015 at 22:40

    Merci pour le message bien que je sache que c’est un sentiment qui ne me fait pas avancer, il m’arrive encore de le ressentir face à des personnes de mon entourage mais j’avance et comprends que ma culpabilité ne changera en rien le passé et me « scothera » sur place. Il m’est arrivé dernièrement de faire une séance de pardon face à une personne et j’ai ressenti un grand soulagement en moi même si la personne ne m’a pas pardonnée, c’était libérateur et je ne sais plus qui a dit que « le pardon est un acte d’amour envers soi » et je pense que c’est vrai parce que j’ai vraiment eu ce ressenti

    • Laure Zanella

      10 décembre 2015 at 09:21

      Bonjour Marie,

      Effectivement, la notion de pardon est souvent rattachée à l’idée de dire à l’autre qu’on ne lui en veut plus pour une faute qu’il aurait commise, mais ça revient à dire que celui qui pardonne est « supérieur » à l’autre et qu’il a un quelconque pouvoir sur lui. Concrètement, le bien et le mal ne sont que des notions subjectives dépendant du point de vue que l’on a sur la situation. Pardonner n’est pas quelque chose qui concerne l’autre, mais bien quelque chose qui nous concerne personnellement. C’est simplement lâcher prise par rapport au passé et choisir de ne plus se laisser définir par ce qui s’est passé avant. C’est bel et bien un acte d’amour envers soi qui n’a finalement rien à voir avec l’autre. On peut bien sûr s’excuser quand on estime avoir blessé quelqu’un, mais ce que l’autre en fait ne concerne que lui. Si vous estimez avoir mal agi envers une autre personne, vous ne l’avez pas fait volontairement. La façon dont les autres accueillent nos actes et nos paroles leur appartient et ne relève pas de notre responsabilité. Autant donc laisser aller la culpabilité, car en effet elle ne fera que vous clouer sur place et ne changera de toute façon rien à ce qui est 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *