Comment cesser d’être dans l’attente

By on 18 mai 2016

 

Crédit photo : Fotolia.com

Crédit photo : Fotolia.com

Comment cesser d’être dans l’attente

S’il y a bien un point clé pour que nous puissions accueillir dans notre expérience de vie ce que nous désirons, c’est de ne pas être dans l’attente.

C’est un exercice qui peut sembler difficile à première vue, car comment ne pas attendre l’arrivée de quelque chose qu’on désire très fort ou qui nous manque depuis si longtemps ?

Pourtant, tant qu’on se place dans l’attente, c’est comme si on fermait la porte au livreur en lui disant qu’on ne veut pas du colis, parce que quand on est dans l’attente, on est pleinement focalisé sur le fait qu’ici et maintenant, nous ne vivons pas ce que nous désirons vivre, et puisque nous nourrissons de notre attention l’absence de ce que nous désirons, nous attirons à nous encore plus de cette absence.

C’est le meilleur moyen de tenir hors de notre portée la concrétisation de nos souhaits.

Alors comment fait-on pour sortir de cette impasse et permettre enfin à ce qui nous tient à cœur de se manifester à nous ?

C’est le sujet que je vous propose d’aborder aujourd’hui.

 

Il y a attente et attente

Il y a une différence importante à souligner en premier lieu entre la véritable attente, celle qui maintient loin de nous ce que nous désirons et l’anticipation joyeuse.

En effet, il peut arriver qu’on se place dans une forme d’attente où nous sommes surexcités à l’idée de voir arriver ce quelque chose que nous avons « commandé » à l’Univers, et dans ce cas, c’est parfait ! Cette anticipation joyeuse est la même que celle qu’on peut ressentir quand on vient de commander sur le net ou dans un catalogue quelque chose qui nous tenait à cœur en sachant que dans quelques jours, ce quelque chose sera là, entre nos mains.

Ce type d’attente est non seulement positif, mais en plus recommandé, car l’impulsion joyeuse que vous ressentez alors va tout simplement accélérer la matérialisation de ce que vous désirez.

Par contre, quand vous êtes dans le type d’attente dont je veux vous parler aujourd’hui, vous faites tout pour que votre souhait ne se concrétise pas. Ce n’est certes pas volontaire, mais c’est bien ce que vous faites malgré tout.

Ce type d’attente là crée un malaise sur le plan intérieur et ce malaise nous indique que nous sommes focalisés sur quelque chose dont nous ne voulons pas (ici, l’absence de ce que nous désirons).

Plus on va « taper du pied » en regardant la montre et en se disant « Ça vient oui ! » et plus on va tourner en rond.

Il est important de comprendre à ce sujet que l’Univers n’est pas un parent qui cédera peut-être face à un « caprice ».

On pourra le harceler autant qu’on veut, le menacer même, bouder dans notre coin ou faire n’importe quoi d’autre dans ce sens que ça ne changera rien.

L’Univers se contente de reproduire fidèlement au niveau physique et palpable la vibration qui émane de nous. Si vous vibrez du manque, vous recevez plus de manque. Si vous vibrez de l’absence, vous recevez plus d’absence. C’est mathématique et cette règle ne changera pas. C’est donc nous qui devons changer notre positionnement intérieur à ce sujet.

 

Regarder l’attente différemment

Ce qui va permettre de sortir de l’attente, c’est déjà de prendre conscience du fait que ce n’est pas notre impatience qui va accélérer les choses.

Quand nous commençons à vraiment percevoir le fonctionnement de notre pouvoir créateur, nous comprenons par la même occasion que l’attente est un piège et ne sert à rien.

C’est une sorte d’automatisme que beaucoup adoptent parce qu’ils sont restés inconsciemment fixés sur le modèle parent/enfant, mais dès lors que nous voyons clairement que l’Univers n’est pas une entité humaine sur qui on pourrait exercer une sorte de « chantage », on peut commencer à lâcher prise.

Le but du jeu est de créer une sorte de dialogue avec son mental pour se raisonner soi-même jusqu’à avoir intégré l’idée que l’attente ne sert à rien, et surtout, qu’on ne peut pas forcer les choses.

Si nous restons dans l’attente, c’est en effet souvent parce qu’une part de nous croit qu’en insistant suffisamment, les choses iront plus vite, mais c’est en fait le résultat inverse que nous provoquons ainsi.

Si vous voulez vous libérer de l’attente, commencez par vous accepter dans votre impatience, car se juger ne servirait à rien non plus et ne ferait que durer plus longtemps cette phase désagréable.

Acceptez que oui, vous êtes impatient(e), que vous avez hâte de voir arriver ce quelque chose qui vous tient à cœur et donnez-vous la permission de ressentir ce que vous ressentez… Mais veillez simplement à sortir de cette sensation de « forcing », de frustration, pour rentrer dans l’anticipation joyeuse en comprenant que c’est bien vous qui êtes aux commandes.

 

Pouvoir personnel

Notre impatience est souvent due au fait que nous avons tout simplement peur de ne pas voir arriver ce quelque chose qui est si important à nos yeux.

Nous avons peur de ne pas voir arriver le grand amour, de ne pas trouver LE job dont nous rêvons, de ne pas voir arriver ce déblocage financier tant espéré, mais concrètement, quand on prend conscience du fait que c’est bien nous qui sommes aux commandes de notre vie et que la seule chose qui peut influencer le déroulement de notre parcours, c’est notre positionnement intérieur, on peut laisser aller la peur, les doutes, l’impatience aussi, pour aller chercher une confiance et une foi en la Vie et en nous-mêmes toujours plus grandes, et permettre ainsi à nos souhaits les plus chers de prendre forme.

Voyez que plus vous êtes aligné intérieurement, plus vous ressentez les choses comme si elles étaient déjà là, et plus vite ce que vous désirez prendra forme.

Alors plutôt que de trépigner ou de vous inquiéter pour l’avenir, utilisez ce temps pour vous projeter mentalement et vous imaginer en train de déjà vivre ce que vous désirez vivre, en allant chercher autant de détails que possible.

Plus votre vision intérieure va devenir claire, et plus vite cette vision pourra s’imprimer dans votre réalité physique.

Alors à vous de jouer maintenant !

 

Et comme toujours, n’hésitez pas à partager avec les autres lecteurs vos commentaires et réflexions dans l’espace tout en bas de page.

 

Une belle journée à tous, et à bientôt

Laure

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

10 Comments

  1. fatiha

    19 mai 2016 at 10:49

    bonjour;dans la religion musulmane,il est aussi conseillé lorsqu’on fait des souhaits; on doit etre sur que le souhait est exaucé car dieu repond à toute personne .c’est vrai que les personnes pieuses genereuses ,bonnes etc…..sont plus pres de DIEU .et que leurs demandes sont vites et sures d’etre exaucées.la loi de l’attraction va de pair avec la loi de la religion musulmane mais le grand hic commun c’est que l’etre humain va en parallele avec ces lois ;la conviction et le doute empechent inconsciement la realisation des choses.

    • Laure Zanella

      19 mai 2016 at 11:48

      Bonjour Fatiha,

      Pour moi, Dieu est énergie, et cette énergie ne fait pas de tri entre les « bons » et les « moins bons » ou les méritants et moins méritants. Personne n’est plus près de Dieu qu’un autre. C’est surtout qu’en étant alignés sur notre source intérieure, nous fonctionnons à partir du coeur et notre vibration est donc plus élevée. C’est pour ça que nous pouvons attirer à nous plus rapidement et facilement les expériences que nous souhaitons vivre.

      C’est seulement et uniquement une question de positionnement intérieur. Une personne qui a la ferme conviction qu’elle va vivre telle expérience ou recevoir telle chose qui lui tient à coeur atteindra son objectif, qu’elle soit pieuse ou non. Il n’est pas question de foi religieuse, mais bien de foi tout court, d’une profonde croyance en son propre pouvoir créateur. Avec mes meilleures pensées.

  2. Marie

    19 mai 2016 at 11:44

    Bonjour Laure !! Toujours en accord avec vos petits messages, piqure de rappel, je dirai. Peut être suis je venue régler mon impatience.
    Merci
    Une magnifique journée

    • Laure Zanella

      19 mai 2016 at 12:04

      Et se libérer de l’impatience c’est comme enlever un corset qui aurait été beaucoup trop serré 🙂 Passez une très belle journée vous aussi Marie et merci pour votre message !

  3. Amanda

    19 mai 2016 at 15:43

    Bonjour Laure

    Comment se libérer dans la pratique de cette impatience et de cette frustration?
    Comment de debarasser des doutes et des peurs de ne pas voir notre souhait se realiser?
    Si notre souhait ne de realise pas maintenant, est il juste possible que cela ne soit pas encore Le bon moment ou bien. C’est parce que nous ne sommes pas alignes interieurement?

    Merci beaucoup

    Amanda

    • Laure Zanella

      19 mai 2016 at 16:53

      Bonjour Amanda,

      Le but du jeu est de se « raisonner » soi-même en quelque sorte, jusqu’à intégrer l’idée qu’on ne peut pas forcer les choses sur le plan concret, et que tout se mettra naturellement en place dès lors qu’on « vibrera » la bonne fréquence. Vous trouverez bon nombre d’articles sur le blog qui vous accompagneront dans ce sens.

      En général, quand ça coince, c’est qu’il reste quelque chose au niveau de notre fréquence vibratoire à faire bouger. C’est comme quand vous cherchez à capter une station de radio. Tant que vous n’avez pas réglé la molette sur la bonne station, vous pourrez toujours atteindre que le signal devienne clair… Alors qu’une fois que vous êtes sur la bonne fréquence, vous pouvez écouter les transmissions de la station. C’est votre molette intérieure que vous devez encore ajuster, jusqu’à vous brancher sur le bon signal 🙂

  4. Julie

    17 novembre 2016 at 22:24

    Bonjour Laure, article très intéressant et merci de votre éclairage… Cependant je me demande si le fait d’être dans l’attente, se désociabiliser du monde qui nous entoure et la peur de l’engagement peuvent être lié ?

    • Laure Zanella

      23 novembre 2016 at 15:29

      Bonjour Julie. Je suis d’avis que tout est toujours lié, comme nous le sommes tous entre nous, aussi, le fait de travailler à déverrouiller certains points, ceux qui nous sont les plus accessibles dans l’immédiat, nous aide souvent à ouvrir de nouvelles portes, un petit pas à la fois 🙂

  5. celine

    18 janvier 2017 at 20:55

    Bonjour,
    alors si je comprends bien nous devons faire les choses sans penser à ce qe l’on attend ?
    parce que moi même si je ne suis pas obsédée par ce que j’attends jai quand même toujours dans un coin de ma tête que demain peur être ça arrivera

    est ce cela qu’il faut faire pour y arriver?

    • Laure Zanella

      20 janvier 2017 at 15:20

      Penser à ce qu’on désire n’est pas un problème du moment qu’on ne ressent pas de frustration à ce sujet, car penser à ce qu’on veut et se sentir mal, ça veut dire que nous sommes en réalité fixé sur l’absence actuelle de ce que nous désirons, et quand nous dirigeons notre attention vers le manque ou l’absence, nous créons plus de manque et d’absence.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *