Comment retrouver votre pleine motivation en éliminant les « Il faut que.. . » et les « Je dois… »

By on 10 septembre 2014

 

© Sergey Nivens

© Sergey Nivens

 

Retrouvez votre pleine motivation en éliminant les « Il faut que.. . » et les « Je dois… »

Transformer quelque peu son langage pour retrouver toute son énergie !

 

Combien de fois par jour avez-vous tendance à dire « Il faut que… » ou « Je dois… » ?

Prenez le temps d’observer comment vous vous sentez lorsque vous vous retrouvez dans ce cas de figure. C’est plutôt pesant n’est-ce pas ? Vous avez le sentiment d’être obligé de faire ce quelque chose, mais avant même d’avoir levé le petit doigt, vous vous sentez déjà mal à l’aise, sans entrain et il y a toutes les chances que vous traîniez les pieds (ou abandonniez carrément l’idée de faire la chose en question) parce que vous vous sentez sans énergie et vous n’en avez vraiment pas envie.

 

Pourquoi ?

Quand on se dit « Il faut que je fasse ceci… » , « Je dois absolument faire cela… » on crée une résistance en soi. Ça revient à se donner un ordre à soi-même, à s’imposer quelque chose, et de la même façon qu’on résisterait à une même contrainte venant de l’extérieur, on résiste à celle qu’on s’impose à soi-même.

Si je vous dis « Si vous voulez changer, il faut que vous fassiez cet exercice », que ressentez-vous ? Observez bien ce qui se passe en vous pendant quelques instants.

Maintenant, si je vous dis plutôt « Si vous voulez changer, vous pourriez faire cet exercice / cet exercice pourrait vous être utile / je vous encouragerais vivement à tester cet exercice ». Comment vous sentez-vous là ? C’est mieux n’est-ce pas ? Remarquez-vous cette sorte de pesanteur qu’on ressent dans le premier cas (même en l’écrivant je trouve ça pesant 🙂 ) et cette ouverture, cette impression plus légère, plus fluide qu’on ressent en lisant la deuxième proposition ?

Relisez plusieurs fois ces phrases si besoin et observez le changement qui a lieu à l’intérieur de vous.

 

Un détail certes, mais pas tant que ça !

C’est certes subtil, mais ça fait une énorme différence dans la façon dont on se sent et donc dont on va réagir ensuite.

Voyez simplement ce qui se passe si quelqu’un vous impose quelque chose et vous dit qu’il faut que vous fassiez ceci ou cela.

Imaginez ensuite que cette même personne vous demande « Pourrais-tu faire ceci ? »

Il y a toutes les chances que vous vous braquiez ou que vous ressentiez au moins de la frustration face à la première demande, parce que vous avez le sentiment qu’on ne vous laisse pas le choix, qu’on vous impose quelque chose, alors que la seconde proposition aura la plupart du temps un Oui pour réponse, parce qu’on vous demande votre aide, on vous sollicite, mais sans pour autant vous donner le sentiment d’être obligé de quoi que ce soit. Êtes-vous d’accord avec ça ?

Eh bien ça fonctionne exactement de la même façon dans le lien qui existe entre vous et vous-même.

Si à longueur de journée vous vous répétez « Il faut que je… » , « Je dois… » vous sabotez déjà l’accomplissement de vos plans avant d’avoir concrètement démarré quoi que ce soit.

Je vous invite donc à tenter une autre approche dans les prochains jours. Prêtez attention à la façon dont vous vous exprimez ou dont vous pensez, et à chaque fois que vous vous surprendrez à tenter de vous imposer quelque chose de cette façon, rectifiez vos propos et remplacez les « Il faut que… » et les « Je dois… » par des « Je pourrais… » / « Ce serait une bonne chose de… »

Ainsi, au lieu d’être dans un sentiment d’obligation et de contrainte, vous ouvrez plutôt la porte aux choix que vous avez. Vous vous suggérez à vous-même une direction qui pourrait être positive, tout en vous laissant la liberté de choisir ce que vous allez faire concrètement. Vous vous permettez de faire, mais aussi de ne pas faire, sans pour autant vous mettre la pression ou vous charger d’un sentiment de culpabilité si vous n’allez pas au bout de votre intention initiale.

 

Tentez le coup, et voyez ce que ça donne !

Vous verrez qu’en remplaçant progressivement toutes ces contraintes que vous vous imposez à vous-même et en faisant preuve de plus de souplesse et d’ouverture face à celui ou celle que vous êtes, vous aurez d’autant plus d’entrain à faire ce que vous avez à faire, même s’il s’agit de « corvées ».

Si vous vous dites « Il faut que je passe l’aspirateur aujourd’hui. », le simple fait d’y penser suscite en vous une extraordinaire motivation proche du zéro, je me trompe ?

Si à la place vous vous dites « Je pourrais passer l’aspirateur aujourd’hui » ou encore « Ce serait chouette de passer l’aspirateur et de profiter de cet espace tout propre », il y aura sans doute bien plus de chances que non seulement vous passiez l’aspirateur, mais aussi que vous arriviez à y trouver une certaine satisfaction parce que vous serez focalisé sur le le résultat, et plus sur la tâche en elle-même.

Ça marche ainsi pour tout !

Alors saisissez vos balais (puisqu’on est dans le nettoyage ) et poussez un peu plus loin ces « Il faut que… » et ces « Je dois… » pour ouvrir la porte à des possibilités que vous pourrez choisir de faire… ou pas !

Belle journée à tous !

Laure 🙂



** Si vous souhaitez partager ce contenu, vous pouvez le faire à travers le lien de partage facebook ou faire pointer un lien de votre site vers cette page. Je n’autorise pas la copie de mes articles sur d’autres sites. Merci ! **


Vous avez aimé cet article ? Si vous voulez être sûr de ne pas louper les prochaines publications de ce blog, il vous suffit d’inscrire votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous. Ainsi, je vous enverrai un petit mot à chaque fois qu’un nouvel article sera publié. A bientôt !

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

2 Comments

  1. Céline

    12 novembre 2014 at 18:03

    Chère Laure,
    comme je vous l’ai dit par mail, dès la première mise en pratique du « supprimer le « je dois » par « ce serait bien pour moi » « , cela a fonctionné !
    Ce n’était pas pour l’aspirateur (mais cela aurait pu !), mais pour le repassage (que je déteste) 🙂

    La technique est tout ce qu’il y a de plus simple finalement, cela demande juste une gymnastique du cerveau, et une fois cela acquis, c’est plutôt agréable ( même quand il s’agit de corvées ménagères ) !

    Bien à vous,

    Céline

    • Laure Zanella

      12 novembre 2014 at 19:58

      Merci pour votre message Céline ! Il est vrai que souvent, avant d’avoir franchi le cap de la mise en pratique, on peut rester perplexe ou même avoir le sentiment que ce sera compliqué voire difficile, mais au final, quand on cesse de réfléchir et qu’on y va tout simplement, non seulement ce type de techniques est facile d’accès, mais en plus, ça donne des résultats assez surprenants. Et si les habituelles « corvées » deviennent agréables, alors que va-t-il advenir de ce qui l’était déjà 🙂 Belle soirée à vous ! Laure

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *