Comment vous libérer de tout ce qui vous pèse

By on 27 juillet 2016

Crédit photo : Fotolia.com

Crédit photo : Fotolia.com

Comment vous libérer de tout ce qui vous pèse

J’ai pris l’habitude depuis quelque temps de rebondir sur les questions ou réflexions de mes lecteurs pour tenter d’apporter le contenu qui sera le plus utile à chacun et qui pourra vous aider à créer toujours plus de joie dans votre vie.

Ne croyez pas qu’il s’agit d’une démarche purement altruiste, parce j’y gagne aussi beaucoup ! En effet, l’une des choses qui me stimule le plus dans la vie, c’est d’être entourée de personnes heureuses, bien dans leur peau et rayonnantes de joie de vivre, alors à chaque fois que j’aide quelqu’un à avancer dans ce sens, je pose une nouvelle pierre pour faire en sorte que ce monde corresponde à celui dans lequel j’ai envie de vivre. C’est donnant donnant 🙂

Je dois dire aussi que c’est vraiment extraordinaire de voir les autres avancer, devenir plus conscients d’eux-mêmes, avoir des déclics de toutes parts et créer des changements heureux dans leur vie…

Depuis quelque temps, il y a une question qui revient très souvent sur une publication de ma page Facebook où il est dit « Si tu veux voler, tu dois te libérer de tout ce qui te pèse »

Et la fameuse question c’est « Comment fait-on ? »

Je vous propose donc aujourd’hui d’aborder ce thème à travers un nouvel article qui sera inclus dans un programme sur la guérison émotionnelle sur lequel je travaille actuellement.

Je vous invite simplement à faire le chemin, à votre rythme, et à laisser ces réflexions décanter en vous pour voir où elles pourraient vous mener…

 

 

Mise au point

Avant tout, un point qu’il me semble essentiel de clarifier pour pouvoir se libérer de ce qui nous pèse : Sur quoi a-t-on un pouvoir d’action ?

Sur le passé ? Sur les circonstances extérieures ? Sur les événements ? Sur les autres ?

La réponse à toutes ces questions est Non.

Il nous arrive parfois de le croire pendant longtemps, ou en tout cas d’agir comme si c’était le cas en tentant de contrôler tous ces éléments.

Mais le fait est que nous n’avons aucun pouvoir d’action à ce sujet. Nous ne pouvons pas changer le passé, et ça, peu importe pendant combien de temps on tente de lutter pour le transformer.

On ne pourra pas changer les circonstances extérieures, car finalement, ces circonstances qui sont en place actuellement font elles aussi partie du passé. C’est quelque chose qui est déjà en place, qui a déjà été créé, et on ne peut donc pas le transformer.

Les événements quant à eux surviennent pour toutes sortes de raison. Il y a tellement de paramètres extérieurs qui influencent ces événements que tenter de contrôler tous ces paramètres serait tout bonnement mission impossible.

Encore quelque chose sur lequel nous n’avons aucun pouvoir d’action.

Peut-on contrôler les autres ? Faire en sorte qu’ils se plient à nos attentes et exigences, qu’ils soient conformes à ce qu’on attend d’eux et qu’ils aillent constamment dans notre sens ? Absolument pas !

Quelle que soit l’influence que nous pouvons avoir sur les autres, nous aurons beau leur hurler dessus, les menacer ou autre, ils resteront toujours libres d’agir comme bon leur semble, et nous n’avons aucun pouvoir d’action sur eux.

On peut le croire durant un temps, mais au final, ce sont bien ces autres qui ont toujours le dernier mot, y compris quand ILS CHOISISSENT d’aller dans notre sens.
Alors ? Sur quoi a-t-on un pouvoir d’action au final ?

Et bien, le seul aspect sur lequel nous avons un tel pouvoir est ce qui se passe à l’intérieur de nous

 

 

Un seul point de convergence

Mes enfants chahutent et courent autour de la table, ils la bousculent, mon vase préféré tombe et se brise en mille morceaux…

Est-ce que je peux changer le fait que mon vase est à présent brisé ? Non
Est-ce que je peux choisir la façon dont je vais réagir à ce sujet ? Absolument !
Qu’est-ce qui me perturbe au fond ? Est-ce vraiment le fait que mon vase est cassé ?

Ou est-ce qu’il s’agit plutôt de mes pensées qui défilent et me disent « Oh non, j’aimais tellement ce vase… Maintenant il est brisé. C’était un cadeau de ma grand-mère. J’y tenais tellement et maintenant il est en miettes ! Pourquoi les enfants sont tout le temps obligés de chahuter ? Ils ne peuvent pas jouer tranquillement ? Ça fait la 3e fois cette semaine qu’ils cassent quelque chose, etc. »

Le vase est juste cassé et c’est ma réalité présente. Par contre, la façon dont je vais PERMETTRE à cette réalité de m’affecter ne dépend que de moi.
Ce qui nous pèse au fond n’est pas vraiment ce qui se passe à l’extérieur de nous.
Ce qui nous pèse, c’est en réalité ce qui se passe à l’intérieur de nous AU SUJET de ce qui se passe à l’extérieur…
La souffrance ne peut venir que du dedans…
La souffrance ne vient pas de ce qui se trame au-dehors. La souffrance vient des pensées que nous cultivons, de nos croyances limitantes, de nos besoins non satisfaits, de nos peurs et de tout ce qui va avec.

Il n’y a rien au-dehors de vous qui peut vous faire souffrir si tout est en paix à l’intérieur.
Le seul aspect à examiner pour trouver la paix, c’est ce qui se passe à l’intérieur de vous. C’est le seul chemin possible pour trouver le calme en vous et faire ainsi en sorte que vous vous sentiez en paix avec le monde extérieur…
Prenez juste le temps d’y réfléchir et de laisser ceci résonner en vous…
Vous voyez, je suis moi-même juste en train de prendre toute la dimension de la chose en vous l’écrivant… La magie du partage 🙂

Vous pourriez même vous interroger comme suit pour déclencher une prise de conscience plus profonde en vous :

Considérez un événement désagréable que vous vivez ou avez vécu dernièrement et prenez le temps de vous demander si c’est bien cet événement en lui-même qui vous perturbe, ou si finalement, c’est plutôt ce qui se passe en vous à ce sujet là ?

 

Prenons un exemple :

Je viens d’être licenciée et je suis dans tous mes états => Est-ce que c’est vraiment le fait d’être virée qui me perturbe à ce point ? Concrètement, j’ai perdu mon emploi, point.
Qu’est-ce qui se passe en moi à ce propos ? => Eh bien j’ai peur, peur déjà que mes proches me jugent, qu’ils pensent que c’est de ma faute, que je n’ai pas été à la hauteur, etc. J’ai peur aussi de me retrouver en difficulté financièrement. J’ai peur aussi de la suite. Je vais devoir repasser des entretiens pour trouver un nouveau poste. Je ne sais pas où je vais atterrir, si je vais pouvoir trouver quelque chose qui me plaira vraiment, si je vais tomber sur un bon employeur, si mes collègues seront de bonnes personnes avec qui ça se passera bien, etc. Et puis il y a l’organisation du quotidien. Est-ce que je vais pouvoir trouver quelque chose près de chez moi ? Est-ce que je vais pouvoir m’arranger pour déposer les enfants à l’école et venir travailler ensuite ? Et blablabla et blablabla…

Qu’est-ce qui est problématique ici ? Le fait d’avoir été licencié ? Ou tous les scénarios IMAGINAIRES qui se tissent autour de ce licenciement ? 🙂

 

 

Alors comment fait-on ?

Pour se libérer de ce qui nous pèse, il n’y a qu’un chemin possible : se tourner vers l’intérieur.

À partir de là, la base de départ est d’identifier clairement ce qui se passe en nous, de prêter attention aux émotions présentes, aux besoins qui se manifestent en nous pour commencer à en prendre soin.

Tant qu’on croit que notre souffrance a quoi que ce soit à voir avec les autres ou ce qui se passe autour de nous, on se placera quelque part dans une position de victime et on aura le sentiment de ne pouvoir rien faire à ce sujet.
Par contre, dès lors qu’on se rend compte que notre trouble ne vient pas de ce qui se passe au-dehors, mais bien de ce qui se déroule au-dedans, c’est là que toutes les portes peuvent s’ouvrir et surtout, qu’on peut reprendre son pouvoir en mains.

Je ne peux que vous encourager encore une fois à poser par écrit tout ce que vous allez pouvoir identifier en vous, car ça rendra votre cheminement beaucoup plus facile et plus court aussi.
Une méthode pour faire le chemin vers cette liberté intérieure tant attendue pourrait être celle-ci :

1- J’identifie ce qui se passe en moi. Qu’est-ce que je ressens ? Quelles sont les émotions présentes ? Quelles sont les sensations physiques perçues ?

2- Je fais du tri et m’assure du fait que ce que j’examine est bien quelque chose qui m’appartient et sur lequel j’ai donc un pouvoir d’action.

Un exemple : Ce qui me pèse c’est que je n’arrive plus à supporter mon conjoint / ma conjointe… Ai-je un pouvoir d’action sur l’autre ? Non. Sur quoi ai-je un pouvoir d’action ? Sur ce qui se passe en moi. Le véritable « problème », ce n’est pas le conjoint, c’est ce qui se passe en moi au sujet de ce conjoint.
3- Je commence à identifier les options possibles et je les pose par écrit.

Pour reprendre notre exemple qui parlera peut-être à un certain nombre d’entre vous 🙂  :
Je ne peux pas changer mon conjoint, donc pour me libérer de ce qui me pèse, c’est à l’intérieur de moi que quelque chose doit changer.

Parmi les options possibles il pourrait y avoir : Je travaille sur moi pour comprendre en quoi le comportement de mon conjoint m’agace au point de ne plus pouvoir le supporter. J’identifie une à une toutes les émotions qui se manifestent en moi, tout ce que je ressens à ce sujet et je vois s’il y a quelque chose que je pourrais faire concrètement pour aller mieux. Si je suis à bout parce que ça fait des années que je garde tout à l’intérieur et que je n’ose pas exprimer ce que je ressens à mon conjoint, je peux prendre la décision de commencer à m’exprimer, en douceur et à mon rythme. Je peux même me faire accompagner par un professionnel si je n’arrive pas à avoir suffisamment de recul pour faire ce chemin seul(e).

Autre option possible : je prends conscience du fait que mon conjoint ne me convient vraiment pas et je décide de le quitter.

Dans toute cette histoire, ce n’est pas vraiment le conjoint le problème, car il est juste qui il est, et il fait ce qu’il fait. Ce qui pose problème, c’est ce qui se passe pour l’autre personne, en rapport avec ce fameux conjoint.

 

 

Responsabilité

Il est important dans cette démarche de libération intérieure d’accepter d’endosser sa propre responsabilité dans ce que l’on vit. Et je rappelle ici que responsable ne veut en aucun cas dire coupable.

C’est souvent difficile de sortir du rôle de victime, notamment lorsqu’il y a de lourdes blessures émotionnelles, mais c’est le seul chemin possible vers la véritable liberté.

Prenez simplement le temps de faire le chemin, à votre rythme, et rappelez-vous que vous disposez de toutes les clés dont vous avez besoin en vous pour guérir intérieurement et trouver la paix.

La véritable bascule ici est de comprendre que rien de ce qui se passe à l’extérieur de nous ne peut poser problème si nous n’en faisons pas un problème sur le plan intérieur.

Le pouvoir nous appartient, et quel que soit le chemin suivi jusque-là, il n’est jamais trop tard pour faire un nouveau choix qui nous rendra libres cette fois.

Si cet article vous a été utile, n’hésitez pas à le partager avec ceux que vous aimez, et rendez-vous dans l’espace de commentaires si vous souhaitez partager vos impressions et réflexions à ce sujet avec les autres lecteurs.
Une belle journée à tous !
Laure 🙂




+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

3 Comments

  1. Josiane

    28 juillet 2016 at 11:47

    Bonjour Laure,
    Merci pour cet article.
    Quand on tient à quelque chose ça a une valeur sentimentale, ça nous relie à quelqu’un à qui l’on tient, c’est un cadeau qui nous a été offert, tout ceci est vécu en nous,et rien qu’en nous, à travers nos pensées et notre ressenti. J’ai appris à mieux faire face quand un souci se présente, au lieu de pester, d’étre en colére ou quoi que ce soit, désormais j’accepte ce qui se passe et ne m’y attarde pas et c’est bien mieux ainsi. Ne pouvant en aucun cas recoller le vase auquel je tenais pour x raisons, je suis restée zen zen zen zen ( une belle avancée de ce coté là)……
    Votre exemple sur le travail est fort interessant, il va bien me servir pour la suite de cette période qui s’annonce…………
    De toute façon, quoiqu’il se passe, il n’y a que nous qui pouvons étre maitre de la situation, laisser faire les choses comme elles doivent étre, faire confiance à l’Univers et se laisser diriger positivement à chaque étape de ce parcours qui va mettre soumis sous peu…….Je me prépare, je bosse sur moi, pour étre la plus positive possible sans me poser de question ou imaginer un scénario tout programmé dans ma petite téte qui n’est en faite nullement la vérité mais juste mon imagination du moment…….Je laisse faire et j’espére vivre l’instant présent quand il va se présenter du mieux possible. Affaire à suivre dans mon évolution de mon cheminement de vie meilleure……
    Meri pour tout Laure, vous étes d’une grande aide, à bientot 🙂
    Passez une excellente journée 🙂

    • Laure Zanella

      30 juillet 2016 at 12:09

      Bonjour Josiane,

      Quand on se rend compte que penser d’une façon fait mal, et penser d’une autre libère et fait du bien, le choix est vite fait. Parfois il arrive qu’on retombe dans les anciens panneaux, mais on sait alors comment se relever d’autant plus vite et ça devient de plus en plus facile et rapide avec la pratique. Alors oui, nous pouvons tout à fait être maître de la situation en faisant simplement des choix de pensées conscients.

      Passez une jolie journée 🙂

      • Josiane

        30 juillet 2016 at 13:00

        Merci Laure, belle journée à vous aussi 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *