Comprendre les mécanismes de notre juge intérieur pour s’en libérer… définitivement !

By on 13 février 2015

Crédit photo : © ChristArt - Fotolia.com

Crédit photo : © ChristArt – Fotolia.com

Comprendre les mécanismes de notre juge intérieur pour s’en libérer… définitivement !

La « vilaine » petite voix du mental n’est pas une fatalité

 

Quand on observe un peu ce qui se passe dans notre esprit, cette espèce de bavardage mental que nous connaissons tous, on remarque que très souvent, nous émettons des jugements, que ce soit envers les autres ou envers nous-mêmes.

Nous sommes bien souvent dans la critique, le blâme, les comparatifs et j’en passe.

Le fait est que ces jugements sont comme du poison qui s’infiltre en nous, influence notre façon d’être, ce qui émane de nous, et donc forcément la façon dont on réagit face aux autres. Quand les jugements sont portés uniquement dans notre esprit, ils provoquent déjà un effet très néfaste, alors je ne vous parle même pas de ceux qu’on émet tout haut et que les autres réceptionnent directement (devil)

Nous avons tellement pris l’habitude d’être dans le jugement tout le temps, parce que nous sommes « tombés dedans » quand nous étions petits, que ce mécanisme nous apparaît comme normal, qu’on pense bien souvent ne pas pouvoir s’en défaire et être condamné à subir la petite voix du mental jusqu’à la fin de nos jours.

 

Rien n’est impossible, sauf ce que l’on croit impossible

 

Ce n’est pourtant pas le cas, et le démontage de cet automatisme destructeur est tout à fait possible. Ça demande bien sûr de l’entraînement, de la persévérance, mais c’est possible et chaque petit pas que nous faisons dans ce sens rend un peu plus facile l’accès au suivant.

Le point de départ est toujours de le vouloir. Pour que nous puissions amener un changement concret en nous, il est essentiel de prendre une décision ferme à ce sujet. Si vous aimeriez changer, mais que vous ne le voulez pas vraiment, de tout votre être, il y a des chances que vous vous laissiez décourager par les premiers obstacles venus et que vous finissiez par renoncer purement et simplement.

Si vous voulez qu’un changement réel et durable prenne forme, à vous de faire un choix, de prendre un engagement ferme et clair à ce sujet afin que votre objectif devienne un impératif, qu’il ne soit plus envisageable pour vous qu’une issue autre que celle visée prenne forme.

Ce sera comme ça et pas autrement, et c’est tout !

Ensuite, une fois que votre décision est prise (et il n’est jamais trop tard pour en prendre une), l’étape suivante consiste à prêter attention à ce qui se passe en vous, à écouter la petite voix du mental avec beaucoup d’attention, car le fait de l’écouter plutôt que de la subir nous permet d’entamer un processus de dissociation.

 

Nous ne sommes pas notre mental

 

On ne s’identifie plus à cette voix, et on prend conscience qu’il y a la voix qui parle, et quelqu’un qui écoute. Ce quelqu’un c’est nous, notre véritable nous.

Plus vous allez vous désidentifier de votre mental, plus il vous sera facile de reprendre le contrôle. Vous n’aurez plus le sentiment de devoir le subir sans pouvoir rien y faire, mais vous ressentirez intérieurement que c’est vous qui êtes à nouveau aux commandes.

Et ça aussi, ça s’apprend et ça se travaille 🙂

 

Les mécanismes de notre juge intérieur

 

Je vais à présent reprendre un morceau d’un de mes articles de blog pour explorer avec vous ce qui se cache derrière nos jugements.

Qu’est-ce qui se passe concrètement quand on est dans le jugement ? On peut dire qu’il s’agit d’une attaque envers celui qui est jugé.

Pourquoi attaque-t-on l’autre ? Parce qu’on craint d’être jugé soi-même ou parce que l’on se sent jugé.

Pourquoi se sent-on jugé ? (Alors que bien souvent, l’autre n’a absolument rien fait ou dit qui irait dans ce sens) Eh bien, parce qu’on se juge soi-même…

Oui ! Le fait est que dans la majorité des cas, les jugements qu’on porte envers l’autre représentent une sorte de mécanisme de défense inconscient parce qu’on se sent attaqué, et si on se sent attaqué, ou si on a peur de l’être prochainement, c’est parce qu’on porte soi-même un regard négatif sur notre propre personne. On anticipe en quelque sorte une éventuelle attitude négative venant de l’autre, et du coup, on riposte avant d’avoir encaissé le coup (imaginaire) que l’on est sûr de voir venir (et qui ne viendra pourtant pas nécessairement)

En réalité, le jugement émis ne concerne pas réellement l’autre, car cet autre ne nous sert finalement que de miroir qui nous renvoie nos propres douleurs. Ce jugement qu’on lance vers l’autre n’est que le reflet du jugement que l’on porte à son propre sujet.

 

Sortir du jugement envers soi-même

Donc, en partant de là, la clé pour sortir du jugement envers les autres ne serait-elle pas de commencer par ne plus porter de jugement sur soi ?

Qu’en pensez-vous ?

Si au lieu de se critiquer, de se blâmer et de se focaliser sur « tous » les défauts que nous pensons avoir, nous faisions preuve de plus d’indulgence, de compassion et de bienveillance vis-à-vis de nous-mêmes, ressentirions-nous encore le besoin de nous juger constamment ? Je ne le crois pas.

Si nous sommes dans l’amour et l’acceptation vis-à-vis de nous-mêmes, alors nous nous sentons en paix, et nous ne ressentons plus le besoin de nous défendre d’éventuelles attaques extérieures.

Nous pouvons alors aimer et accepter les autres tels qu’ils sont.

 

Tout part toujours de l’intérieur de nous

 

Encore une fois, on voit ici que le point de départ est toujours ce qui se passe en nous. Pour trouver la paix en soi, et donc pouvoir aller vers les autres dans cette même paix, ce n’est pas aux autres de changer, aux circonstances d’être différentes ou au monde de se transformer.

C’est à nous de faire quelque chose pour nous-mêmes, de prendre conscience et de démonter les mécanismes destructeurs en place, ceux qui ne font que distiller du poison dans nos veines et notre cœur, pour que la douleur puisse laisser la place à une vraie sérénité, à de la lumière tout simplement, lumière qui va inévitablement se répercuter sur les autres.

Certains auront envie de suivre le mouvement, et d’autres vont chercher à nous tirer vers le fond parce qu’ils sont encore dans la crainte de ce qui est différent d’eux et le rejetteront plutôt que de l’accepter et de lui ouvrir la porte.

Le choix appartient à chacun.

On ne peut pas réfléchir pour les autres et on ne peut pas décider pour eux. Ce qui est vrai et juste pour les uns ne le sera pas nécessairement pour les autres, alors autant se concentrer sur ce qui est accessible pour nous, et ce qui est toujours accessible, c’est notre état intérieur.

À vous de décider qui vous voulez être à présent. Et si vous souhaitez vous libérer des jugements pour vivre une vie plus harmonieuse et joyeuse, vous le pouvez.

Chaque jugement que vous cesserez de porter envers vous-mêmes éliminera un certain nombre de jugements que vous auriez portés envers d’autres, et cela rendra vos rapports avec ces autres plus lumineux et plus heureux, et qui sait de quelle façon ça pourrait se répercuter un peu plus loin… 🙂

 

Ça vaut la peine d’essayer et de voir ce que ça donne, car il y a énormément de joie à y gagner et à répandre autour de soi !

 

En vous souhaitant un excellent week-end à tous !

           Laure

Vous avez aimé cet article ? Si vous voulez être sûr de ne pas louper les prochaines publications de ce blog, il vous suffit d’inscrire votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous. Ainsi, je vous enverrai un petit mot à chaque fois qu’un nouvel article sera publié. A bientôt !

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

3 Comments

  1. Martine Etienne

    14 février 2015 at 01:35

    Super vos articles que de bonnes choses mille mercis…. excellent week_end

    • Laure Zanella

      14 février 2015 at 08:22

      Merci beaucoup pour votre message Martine ! Passez un très bon week end vous aussi 🙂

  2. Pingback: Laure Zanella | Pearltrees

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *