Déployez vos ailes…

By on 11 juin 2016

Crédit photo : homecare119 - Pixabay.com

Crédit photo : homecare119 – Pixabay.com

Déployez vos ailes…

Je lisais hier un article de Minnie Richardson sur la solution est en vous qui m’a beaucoup parlé. Son titre était « Saute et le filet apparaîtra »…

La grande majorité d’entre nous aimerait bien que l’inverse soit vrai, que tout soit déjà en place et qu’il n’y ait plus qu’à s’installer confortablement dans le nouveau qui nous attend, seulement, ça ne se passe généralement pas comme ça, et lorsque nous souhaitons concrétiser de nouveaux projets qui nous tiennent à cœur, lorsque pour une raison ou une autre nous sommes obligés de sortir de notre zone de confort, l’inconnu qui se dresse devant nous nous fait peur.

Alors bien souvent, on reporte le moment d’agir, encore et encore, et puis on finit souvent par abandonner, ce qui peut être source de beaucoup de souffrance et de frustration.

Mais ce que je peux vous dire en regardant ma propre expérience ou celle de nombreuses personnes que j’ai pu accompagner en coaching, c’est que ça vaut vraiment la peine d’oser franchir la ligne, d’oser aller là où nous n’avons jamais encore mis les pieds, parce que c’est là que nous attend le meilleur de ce que la Vie a à nous offrir.

J’aimerais donc vous proposer d’aborder ce thème aujourd’hui et partager avec vous quelques clés qui permettront peut-être à ceux d’entre vous qui se trouvent au bord du précipice que représente l’inconnu, sans savoir s’ils doivent sauter ou non, d’y aller et de se rendre compte qu’ils n’ont pas besoin de filet, parce qu’ils ont déjà sur leur dos de jolies ailes qui ne demandent qu’à se déployer…

 

 

Pourquoi on n’y va pas…

Si nous choisissons bien souvent de rester dans notre zone de confort, c’est parce que l’inconnu, ça fait peur… Ça peut être source de malaise, ça peut être désagréable comme sensation, mais c’est justement à cause de la peur que c’est désagréable.

Quand vous finissez par apprivoiser cette expérience, vous ne la ressentez plus comme quelque chose de pesant, mais bien au contraire, comme un moment vraiment stimulant et parfois même euphorisant 🙂

Pour ceux d’entre vous qui pratiquent une activité sportive intense, c’est un peu comme dans ces moments où vous avez tout donné, où vous êtes lessivé, mais où vous choisissez malgré tout de pousser un peu plus loin encore… C’est un sentiment grisant, où on choisit de dépasser ses limites, où on se rend compte qu’on peut vraiment le faire et qu’on y va.

On croyait ne plus rien avoir à donner, et pourtant, on trouve en soi cette lumière, cette énergie supplémentaire, et on y va !

Il arrive aussi qu’on n’ose pas franchir le pas parce que de notre point de vue, ça paraît trop gros, trop imposant, et on a le sentiment qu’on ne réussira jamais à faire bouger les choses.

En fait, si notre objectif nous semble si difficile à atteindre parfois, c’est surtout parce que nous l’envisageons dans sa globalité en croyant que nous devons tout faire d’un coup. Mais on peut aussi diviser son objectif principal en petits objectifs plus confortables, en petites étapes faciles à réaliser, et là du coup, ça devient beaucoup plus fluide et dynamisant.

La clé est de préparer le terrain, de prendre le temps de faire un plan de route en quelque sorte en voyant quelles seraient les étapes à faire pour atteindre l’objectif principal visé.

Si vous y allez à l’aveuglette, sans savoir où vous mettez les pieds, c’est normal que vous ressentiez de la peur et des crispations en vous.

Mais si vous prenez le temps de construire un plan, de préparer chaque étape de ce plan, vous allez vous sentir rassuré, voir que la majorité de vos peurs ne tenaient tout simplement pas la route et vous constaterez aussi que toutes les solutions dont vous pourriez avoir besoin sont à portée de mains.

 

 

Un pas à la fois

Je vois beaucoup de gens qui vivent par exemple des relations toxiques sans pour autant oser en sortir, parce qu’elles ont peur de toutes sortes de choses. Elles ont par exemple peur de ne pas s’en sortir d’un point de vue financier…

La clé pourrait alors être de faire le point concrètement sur leurs besoins, sur leurs dépenses obligatoires chaque mois pour voir où elles en sont et vérifier si oui ou non elles pourraient s’en sortir avec leurs rentrées financières actuelles.

Cette démarche permet souvent de se sécuriser en se rendant compte que finalement, tout se passera bien, et si à l’inverse on s’aperçoit qu’il n’y a pas suffisamment de marge de manœuvre, on peut alors commencer à s’interroger sur les solutions envisageables pour trouver cette sécurité dont on a besoin.

Il peut s’agir de trouver ou de créer de nouvelles sources de revenus, de réaménager sa façon de fonctionner pour éliminer ou réduire en tout cas les dépenses inutiles et se créer ainsi des finances plus saines.

Les solutions sont toujours à portée de mains, mais tant qu’on ne se confronte pas à ce qui nous fait peur, on ne peut tout simplement pas voir ces solutions, parce qu’on nage dans le flou, dans un sentiment vague, sans savoir dans quelle direction on veut avancer.

Il peut aussi y avoir toutes sortes d’autres craintes et appréhensions qui nous figent sur place et nous empêchent durant un temps de passer à l’action, mais si on avance étape par étape, en examinant chaque objection de notre mental et en prenant le temps de s’arrêter sur chacune pour voir quelles sont les solutions possibles, il n’y a tout simplement plus de frein qui peut subsister.

Le but du jeu est de démonter chaque « argument » de notre mental, de vraiment tous les considérer un à un et de se demander : « Que puis-je faire pour que cet aspect s’équilibre ? »

Quand vous posez les questions, vous ne pouvez tout simplement pas ne pas obtenir de réponse…

Bouleverser sa vie professionnelle et choisir de partie à la conquête de ses rêves peut être effrayant aussi. Mais de la même façon, en examinant chaque frein et en ne s’arrêtant plus de chercher des solutions jusqu’à avoir trouvé celles qui nous conviennent vraiment, il n’y a plus de possibilité de rester dans l’impasse.

Ça devient tout simplement impossible de rester figé sur place.

 

 

Prétextes

Quand on prend un peu de temps pour examiner ce qui peut nous apparaître comme des obstacles à la réalisation de nos projets, on se rend finalement compte que la grande majorité de nos arguments ne sont rien d’autre que des prétextes, souvent inconscients d’ailleurs, parce qu’il existe toutes sortes de peurs et de croyances limitantes en nous.

Mais le fait est qu’au final, c’est bien nous qui aurons toujours le dernier mot.

Ne pas choisir, c’est faire un choix quand même. C’est nous qui décidons soit de rester dans notre zone de confort soit d’oser en sortir. C’est nous qui décidons d’écouter la peur et de la laisser nous convaincre de renoncer, ou qui décidons de la regarder droit dans les yeux, de lui tirer la langue et de lui dire « Tu peux toujours essayer de m’arrêter… Tu n’y arriveras jamais ! » :-p

Quand la peur est présente, on peut être tenté de se poser en victime impuissante en lançant à tout va des « Oui, mais, je ne peux pas parce que… » et là on cherche toutes sortes de justifications pour tenter de se convaincre soi-même.

Si vous prenez la décision de laisser de côté un de vos projets ou de vos rêves et que vous êtes en paix avec ça, vous n’éprouverez pas le besoin de vous justifier.

Si vous remarquez par contre qu’il y a de la justification dans l’air, c’est que c’est votre peur qui est aux commandes et vous pouvez à tout moment décider d’appuyer sur le bouton du siège éjectable pour l’envoyer promener un peu plus loin.

Comme le dit Deepak Chopra dans un de ses livres, l’inconnu, c’est le champ de TOUS les possibles. Le problème pour nous autres, c’est que bien souvent, nous limitons l’inconnu au champ des possibles négatifs, alors que nous oublions que dans le lot, il y a aussi une infinité d’autres possibilités tellement plus lumineuses et joyeuses.

 

 

Lancez-vous !

Ce que je peux vous dire par rapport à mon propre cheminement, c’est qu’à chaque fois que j’ai osé sortir de ma zone de confort, il s’est produit de merveilleuses conséquences, et bien au-delà d’ailleurs de ce que j’aurais été en mesure d’imaginer avant.

Comme l’a si bien dit Minnie dans son article, c’est vraiment quand vous sautez que le filet apparaît, quand vous osez avancer vers ce qui vous tient le plus à cœur que tout se met en place pour vous accompagner dans ce sens, et je l’ai vu tellement de fois aussi ces dernières années côté consultations…

Et je dirais même plus… Si sortir de notre zone de confort est par définition inconfortable, c’est surtout parce que ce vers quoi nous avançons est nouveau et que nous n’avons pas l’habitude d’avancer dans ce sens.

Nous n’avons pas de point de référence qui pourrait nous aider à nous rassurer quant à la suite, du coup, c’est le noir total et notre imagination a tendance à s’emballer.

Mais à mesure qu’on s’entraîne à avancer dans cette nouvelle direction, elle devient confortable et il devient facile pour nous d’y aller !

Et c’est exactement la même chose en fait avec le fait justement de sortir de notre zone de confort 🙂

S’il nous est difficile de le faire au départ, c’est parce que c’est quelque chose de nouveau pour nous, mais à mesure qu’on ose, qu’on se lance, qu’on se jette à l’eau, ça devient vraiment de plus en plus facile, et on peut alors relever des défis toujours plus grands !

Le tout c’est de décider. Ça doit devenir quelque chose de clair et de ferme en vous, et à partir de là, plus rien ne peut vous arrêter.

Comme je le dis souvent, il n’y a jamais d’obligation de quoi que ce soit. Chacun trace sa route comme il l’entend et selon les pas qu’il se sent prêt à faire.

Personne ne vous jugera sur ce que vous allez mettre en place ou pas (sauf peut-être vous-même). Mais il y a tellement de joie et d’enthousiasme à récolter quand on ose sortir de cette fameuse zone de confort, et en fait, cette sortie ne représente au final qu’un tremplin qui nous permet de voler toujours plus haut.

Alors déployez vos ailes ! Osez vous lancer et suivre votre cœur pour concrétiser ce à quoi vous aspirez.

Peut-être qu’il y aura quelques ratés durant un temps, comme lorsque vous étiez enfant et que vous avez appris à marcher… Mais regardez ce que vous avez fait alors… Vous vous êtes relevé, encore et encore, et vous avez suivi ce désir en vous d’aller explorer l’inconnu qui vous attendait tout autour de vous… Et vous avez réussi ! 

Vous pouvez recommencer et faire exactement la même chose, en choisissant de laisser aller la peur, et en décidant de suivre ce que vous ressentez tout au fond de vous.

Qui sait ce qui pourrait en découler 🙂

 

Si vous avez envie de partager avec nous vos réflexions ou expériences à ce sujet, je vous donne rendez-vous dans l’espace de commentaires. Et si cet article vous a été utile, n’hésitez pas à le partager avec ceux que vous aimez.

 

Un excellent week-end à tous, et à bientôt
Laure

 

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

5 Comments

  1. Minnie Richardson

    12 juin 2016 at 18:16

    Merci Laure pour ce bel article qui amène plus loin le mien « Saute et le filet apparaîtra » 🙂 J’aime bien l’idée que le filet n’est pas forcement nécessaire car nous avons ‘de jolies ailes’ pouvant nous porter. Pour moi le filet représente le soutien – voire la magie – de la vie qui vient à notre rencontre suite au saut, et les ailes dont tu parles représentent toutes les ressources, compétences et forces dont nous disposons pour ce saut dans l’inconnu.

    J’ai adoré également la notion de Deepak Chopra comme quoi l’inconnu est le champs de tous les possibles, et en nous concentrant sur les possibles négatifs (ah, les pensées compulsives!) on oublie les possibles positifs, inattendus et magiques.

    Je suis dans mon propre saut en ce moment même avec une tournée de conférences-atelier en France (d’où l’inspiration pour mon article!) et j’ai un plus grand saut à venir prochainement. Je remercie de ce texte qui m’inspire pour la suite de mon chemin.

    Très chaleureusement,

    Minnie Richardson
    http://www.laconscienceensoi.com

    • Laure Zanella

      12 juin 2016 at 19:56

      Merci infiniment pour ton message Minnie ! Je suis heureuse de te voir par ici 🙂 Voilà donc un bel échange d’inspiration 🙂 Je te souhaite beaucoup de joie dans ce grand saut que tu vis actuellement et pour celui qui arrive ! Encore merci de ton passage par ici. Avec mes meilleures pensées

  2. Sandra

    13 août 2016 at 13:07

    L’inconnu ne me fait plus peur…ont lâche prise un moment donnémais le chemin à parcourir plutôt la porte je ne sais absolument pas..donc cest se qui donne l’impression que je ne veux pas.. alors que j’ai juste besoin d’un peu d’aide..mais bon je suis dans une impasse..

  3. Sarah

    17 mars 2017 at 12:36

    C’est vrai « l’inconnu est le champs de tous les possibles (positifs comme négatifs) mais vu nos chemins de pensées passés, pour ne pas dire notre programmation, on s’attend plutôt au négatif d’où le résultat négatif pour certains. Avant donc de sauter dans le vide faut d’abord accepter le fait que nous sommes seuls responsables du résultat du saut (positif ou négatif). Nous sommes les seuls à choisir, ce que beaucoup ignorent ou refusent d’accepter parce que c’est pas évident de se reprogrammer. Chaque jour nous faisons des choix inconscients. Quand on dit  » Tout Est Possible  » c’est valable pour le positif comme le négatif, à nous de choisir ce qu’on veut voir arriver. Merci

  4. Rachel

    25 mars 2017 at 15:31

    Bonjour Laure,

    Je suis au bord du précipice depuis quelques mois et je n’ose pas m’élancer car j’ai peur que mes ailes ne s’ouvrent pas. Pourtant, si j’osais, ça pourrait bien se passer (c’est ce que j’aimerais, en tout cas) mais ce qui m’inquiète, c’est si ça se passe mal ? Ça voudrait dire que j’ai pris la mauvaise décision (même si je n’ai plus vraiment le choix si je ne veux pas continuer à stagner éternellement) et ça donnerait raison à ceux qui me répètent sans arrêt que sortir de ma zone de confort, c’est forcément la porte ouverte à des situations négatives (comme s’il n’y avait que ça comme possibilité !). Après avoir lu cet article, je me dis que tant que je n’essaie pas, je ne peux pas savoir. Si j’essaie et que je me plante, peut-être que cela me permettra de découvrir comment sortir de ma zone de confort sans y laisser trop de plumes ? En tout cas, c’est rassurant de savoir qu’on a tous, plus ou moins, tendance à focaliser sur le négatif plutôt que le positif quand il s’agit de prendre des décisions importantes qui vont changer le cours de notre vie. Encore merci.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *