Et quand on ne projette pas…

By on 1 avril 2017

 

Crédit photo : aryokmateus – Pixabay.com

Et quand on ne projette pas…

Dans le domaine du développement personnel, nous sommes nombreux à parler de ce que nous avons tendance à projeter sur les autres.

Moi-même, je vous invite souvent à observer ce qui se passe en vous pour vous demander ce que vous avez peut-être vous-même tendance à créer au niveau des réactions de ceux qui vous entourent.

Bien sûr, on ne peut pas manipuler qui que ce soit et créer dans la vie d’un autre à sa place. Ce n’est pas parce qu’on a certaines attentes, positives ou négatives envers quelqu’un, que cet autre va se mettre à agir tel un robot qui suivrait à la lettre nos « instructions » mentales. Mais bien souvent, notre propre positionnement a tendance à influencer les autres, quand ils ne sont pas alignés, et fait que nous observons chez eux de comportements qui ne sont pas nécessairement agréables pour nous.

Cependant, il y a quelques jours, j’ai lu une publication de Jeff Foster, auteur de « Tomber amoureux de ce qui est », entre autres, où il expliquait qu’il y a aussi des fois où on ne projette pas, et où ce à quoi on assiste de la part de l’autre lui appartient entièrement.

Voilà donc le sujet dont j’aimerais vous parler aujourd’hui, afin de ne pas se perdre en cours de route quand on fait un travail sur soi…

 

 

 

À toi… À moi…

Quand on y réfléchit un peu, ça semble assez évident finalement… Il nous arrive à tous de ressentir de la colère par exemple parce qu’on rumine quelque chose qui nous a fortement agacés. Si quelqu’un débarque à ce moment-là, il y a toutes les chances que nous partagions avec lui notre « joyeuse » humeur du moment.

L’autre n’était cependant pas là précédemment, vaquant à ses propres occupations, et son propre positionnement n’a donc pas pu nous influencer.

Nous disposons tous de nos propres pensées qui vont et viennent spontanément en fonction de nos habitudes à ce niveau.

Si nous avons l’habitude de nous laisser emporter par des pensées stressantes, nous aurons tendance à en attirer toujours plus à nous et les autres n’y sont pour rien.

Ce sont nos propres choix, nos croyances, notre façon de voir la vie qui font qu’on se sent comme on se sent au quotidien, et il en va de même pour tous.

Quand nous nous retrouvons face à quelqu’un qui est sur la défensive, il se peut que son attitude ait été déclenchée par notre propre positionnement, parce que nous sommes plutôt remontés contre lui aujourd’hui, ou autre. Mais il se peut aussi que ce que nous observons soit entièrement relié à l’autre et n’ait absolument rien à voir avec nous !

L’autre vit ses propres émotions, subit l’influence de ses propres choix de pensées et ainsi de suite, et s’il réagit de façon excessive, ce n’est pas nécessairement une projection de nos propres schémas intérieurs.

Alors comment faire le tri ? Comment savoir où est la limite entre ce qui nous appartient et ce qui appartient uniquement à l’autre ?

 

 

 

Notre bonne amie l’introspection

Pour savoir ce qui appartient à qui, c’est l’introspection qui va nous être utile une fois encore. Observez ce qui se passe chez l’autre, et ensuite, observez ce qui se passe en vous.

Pour reprendre l’exemple précédent, si vous vous retrouvez face à une personne sur la défensive, demandez-vous s’il y a une quelconque trace d’agressivité dans votre attitude à son égard. Voyez si vous ressentez des tensions en vous, si vous cultivez du ressentiment ou quoi que ce soit d’autre de pesant au sujet de l’autre personne.

Et si vous vous rendez compte que non, que vous vous sentez vraiment libre et ouvert par rapport à cette personne, alors voyez qu’il est simplement en train de se passer quelque chose pour l’autre qui ne concerne que lui et qui n’a rien à voir avec vous.

Vous aurez ensuite le choix entre vous retirer, ou proposer à l’autre une oreille attentive s’il y a quelque chose dont il a envie de parler, en lui faisant simplement part de votre sentiment à son égard. On pourrait lui dire : « Tiens, j’ai l’impression que tu es quelque peu sur la défensive aujourd’hui. Est-ce que tout va bien ? »

L’autre est ensuite libre de saisir la perche tendue ou de poursuivre son cheminement comme il l’entend, et ça lui appartient encore une fois.

Ce qui est important ici quoi qu’il en soit, c’est de faire la part des choses pour ne pas systématiquement tout ramener à soi. Ça aurait tendance à nous faire passer à côté de ce qui se déroule concrètement en vivant dans une sorte d’illusion.

Il y aura toujours des situations où ce qu’on va voir se manifester au-dehors, chez les autres, sera le simple reflet de notre propre positionnement, mais il arrivera aussi que nous nous retrouvions confrontés à des gens qui sont simplement en train de vivre quelque chose qui leur est propre.

Bien sûr, si nous sommes là, à leurs côtés, c’est que quelque chose en nous a permis à cette interaction d’exister, mais ça ne veut pas dire pour autant que le comportement des autres à notre égard est toujours une simple projection de ce qui se passe en nous.

Le fait de le penser peut d’ailleurs représenter un piège et voici pourquoi…

 

 

 

Quand la croyance devient prison

Le fait de croire que, si les autres réagissent comme ils le font avec nous, c’est inévitablement à cause de notre propre positionnement peut représenter un grand piège, parce que nous aurons tendance à ce moment-là à systématiquement nous remettre en question, en oubliant peut-être d’examiner la réalité telle qu’elle est.

Imaginez une situation de couple où l’un des deux partenaires se dit que si l’autre est comme il est, c’est à cause de son propre positionnement et donc, qu’en changeant son propre comportement, ça créera forcément un changement chez l’autre par ricochet et la relation pourra alors se transformer de façon magistrale.

La première personne passe alors des mois voire des années à revenir constamment à elle, à chercher « ce qui ne va toujours pas » en elle pour que son conjoint continue à se comporter de façon négative. Cette première personne se sent très frustrée par ailleurs parce qu’elle a l’impression de ne jamais faire assez d’efforts ou de ne jamais avancer assez vite pour que son couple puisse repartir dans la bonne direction…

Mais il se peut aussi que son conjoint soit juste comme elle le perçoit, que ce soit dans sa nature d’être comme ça, sans que ça ait quoi que ce soit à voir avec elle. Il se peut que son conjoint vive un certain nombre de blessures qui l’empêchent d’être lui-même, d’être ouvert à la communication, d’être heureux pour elle quand il lui arrive de belles choses et ainsi de suite.

Il se peut que malgré son travail acharné sur elle-même, cette première personne ne voie jamais de réels changements chez son conjoint, parce que lui même n’est pas dans une démarche d’évolution et les seuls changements qui prendront alors forme chez lui seront ceux dont il aura lui-même décidé.

Il se peut que malgré tout l’amour qu’on peut porter à une personne, cette personne ne soit ni disposée ni prête à déployer son plein potentiel et à devenir ce qu’on sait qu’elle pourrait devenir un jour.

Si la première personne pense que les petits changements observés chez son conjoint viennent forcément des changements qu’elle a effectués en elle et que son conjoint n’a rien à voir dans l’histoire, elle risque de foncer droit dans le mur !

 

Encore une fois, si nous attirons de telles personnes dans nos vies, c’est parce que de telles personnes correspondent à nos schémas lors de la rencontre. Mais il est important ici comme dans toute situation de bien faire la part des choses entre ce qui peut venir de notre influence, et ce qui appartient pleinement à l’autre et qu’on avait peut-être refusé de voir jusque-là.

Le domaine amoureux est sans doute celui où il est le plus compliqué d’être objectif, parce qu’il y a toutes sortes de peurs qui se promènent en nous, et regarder la réalité en face n’est pas forcément chose facile. Mais plus on va accepter de regarder la réalité telle qu’elle est, de regarder l’autre tel qu’il est vraiment, et plus il nous sera facile de faire les bons choix pour nous, tout en permettant à l’autre de tracer son propre chemin.

Je vous dirais donc à ce sujet d’être attentif à ce qui se passe et pour vous, et pour la personne que vous avez en face de vous. Il se peut effectivement que son attitude soit une projection de votre propre positionnement, une réaction à votre propre attitude, mais il se peut aussi que l’autre soit juste comme ça, qu’il vive des émotions qui sont simplement les siennes, qu’il ait des réactions qui ne concernent que lui et n’ont strictement rien à voir avec vous.

Prenez le temps d’observer ce qui se passe en vous et laissez-vous guider par votre intuition. Ce sera le meilleur moyen de faire le tri, et de pouvoir ainsi adapter vos choix à ce qui se déroule réellement en vous et autour de vous.

 
Avec mes meilleures pensées.
Laure

 

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligne et outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 







About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

2 Comments

  1. christine baudry

    1 avril 2017 at 16:44

    bonjour Laure,

    Votre article est pertinent, ça me parle surtout dans ma vie de couple….Je suis son moteur, son bouclier, j’encaisse à sa place et moi je n’arrive pas à être moi-même….parce que je dépends énormément des autres, je suis un buvard émotionnel pour tous le monde, pas facile à vivre au quotidien….Merci pour tous ses articles qui laisse penser que le changement est un espoir….

    • Laure Zanella

      1 avril 2017 at 17:30

      Et le changement nous est surtout accessible à tous, même si nous avançons à tous petits pas 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *