La Belle et la Bête, ou comment l’acceptation peut tout transformer…

By on 20 décembre 2015

Crédit photo : plasterbrain - Pixabay.com

Crédit photo : plasterbrain – Pixabay.com

 

La Belle et la Bête, ou comment l’acceptation peut tout transformer…

En cette période de fête où les enfants sont à l’honneur, j’aimerais vous emmener aujourd’hui au pays des contes et au précieux enseignement que l’un d’entre eux nous apporte.

Que ce soit la version de Disney ou la splendide version moderne avec Vincent Cassel et Léa Seydoux, vous connaissez sans doute la célèbre histoire de la Belle et la Bête.

Belle se retrouve prisonnière de la Bête, autrefois grand prince et maintenant mi-homme, mi-animal, ainsi transformé pour être puni du mal qu’il a fait, par une magicienne ou par le dieu de la forêt selon les versions.

À la fin de l’histoire, la Bête redevient un prince. Qu’est-ce qui l’a transformé ? Belle a-t-elle cherché à corriger ses manières, à lui enseigner ce qu’elle estimait juste selon sa propre conception du monde ? Lui a-t-elle demandé d’être différent de qui il était ?

Non, rien de tout ça. Elle s’est contentée de l’accepter tel qu’il était, en s’autorisant elle aussi à être celle qu’elle était vraiment, et malgré tout ce qui les séparait, l’amour les a réunis et il a également permis à la Bête de redevenir celui qu’il était.

Ce conte illustre parfaitement ce que l’amour et l’acceptation peuvent faire, mais certaines conditions sont nécessaires pour que le miracle opère, et voici donc le sujet que je vous propose d’aborder aujourd’hui.



On ne peut pas changer l’autre

Un des principes essentiels pour trouver l’équilibre dans ses relations est d’accepter qu’on ne peut pas changer l’autre.

Seul cet autre peut décider de changer, parce qu’il le souhaite lui-même et qu’il se sent prêt pour ça, mais de notre côté, nous pouvons lui donner un coup de pouce en nous plaçant dans l’acceptation face à lui, si bien sûr celui qu’il est nous convient dans sa globalité.

Le but de la manœuvre n’est pas d’accepter que l’autre nous blesse ou nous maltraite quand on se trouve face à une personne toxique bien sûr. Accepter l’autre ne veut pas nécessairement dire rester auprès de lui. Accepter signifie reconnaître qui il est, et faire un choix approprié pour soi à ce sujet.

Dans bien des cas cela dit, ce qui peut nous poser souci chez l’autre n’est que le reflet de ce que nous n’acceptons pas en nous-mêmes, et en choisissant de nous regarder dans le miroir que représente l’autre, nous pouvons faire tomber les barrières qui nous empêchaient d’accepter l’autre et de nous accepter nous-mêmes.



Tendre une perche

Comment pouvons-nous aider les autres à se hisser vers le haut ?

Voyons voir… Si nous les mettons en face de ce que nous n’aimons pas en eux en les accablant de reproches, qu’est-ce qui va se passer ?

Que feriez-vous de votre côté dans un pareil cas de figure ? Si quelqu’un vous dit :

« Hey toi ! Tu dois changer ! Je ne t’aime pas comme tu es. Tu dois devenir comme ci ou comme ça pour que je puisse t’accepter ! »

Qu’allez-vous lui répondre ? À moins d’être encore en proie à un schéma de dépendance affective, vous allez l’envoyer paître et lui dire que si vous ne lui convenez pas tel que vous êtes, il n’a qu’à trouver d’autres fréquentations qui lui conviendront mieux.

Ce genre de situation pourra au pire vous blesser, au mieux vous laisser dans une certaine indifférence, mais vous aurez sans doute tendance à vivre de la résistance sur le plan intérieur face à une telle attitude.

Donc, quand nous agissons ainsi avec quelqu’un d’autre, cette personne a toutes les chances de se braquer, surtout si elle vit une blessure de rejet importante, et ce n’est pas comme ça que nous pourrons aider l’autre à avancer.

Que se passerait-il par contre si nous permettions à l’autre d’être tel qu’il est, que nous l’encouragions en mettant l’accent sur ce qui est positif et en évitant de le blâmer pour ce qui ne va pas ?

Comment vous sentiriez-vous si quelqu’un agissait ainsi avec vous ? Imaginez la scène : Vous êtes à votre travail et vous venez de commettre une erreur qui pourrait coûter cher à votre entreprise. Votre employeur est mis au courant et il vient vous voir.

Vous vous attendez à ce que ça se passe très mal et vous avez déjà l’estomac noué, mais au lieu de vous faire une scène, votre employeur vous dit d’un ton agréable et courtois : « Nous somme tous des êtres humains. Je suis persuadé que vous avez fait de votre mieux. Vous êtes un bon élément quoi qu’il en soit et j’apprécie [ une ou plusieurs de vos qualités] chez vous ! Nous trouverons bien une solution pour rétablir l’équilibre. »

Comment vous sentirez-vous après un tel discours ? Soulagé ? Reconnu ? Apprécié malgré votre erreur ? D’autres choses encore ?

Et comment aurez-vous tendance à réagir à l’avenir ? Allez-vous vous sentir encore plus motivé et aurez-vous envie de prouver à votre employeur qu’il a raison de vous faire confiance ? Certainement !

C’est ainsi que la majorité des gens réagiraient.

Ça fonctionne là encore dans les deux sens. Nous ne pourrons jamais aider les autres à avancer en les pointant du doigt. Par contre, en reconnaissant leurs bonnes intentions, même quand ils font des erreurs, en mettant en avant leurs qualités et ce que nous apprécions chez eux, nous allons leur offrir le meilleur soutien qui soit et les aider à gravir les marches qu’eux-mêmes désirent monter.

Encore une fois, ce n’est pas à nous de faire le chemin à la place de l’autre ou de décider de la façon dont l’autre devrait évoluer. Mais quand l’autre a envie d’avancer, nous pouvons lui donner ce petit élan supplémentaire en l’acceptant tel qu’il est et en abandonnant tout simplement les jugements et les blâmes.

Prenez l’habitude d’inverser les rôles et d’imaginer ce que ce serait dans l’autre sens, si vous viviez ce que l’autre est en train de vivre. Ce sera un point d’appui précieux pour éviter de tomber dans les pièges de nos mauvaises habitudes de communication et ça pourra être précieux pour ceux qui se trouvent en face de vous.

Quand vous vous trouvez face à quelqu’un qui voit au-delà du masque et qui perçoit le meilleur de ce qui existe en vous, ça vous donne des ailes, et vous pouvez vous aussi donner des ailes ceux qui se trouvent en face de vous.



L’acceptation est la clé de tout

Comme nous le montre la jolie histoire de la Belle et de la Bête, l’amour et l’acceptation peuvent faire des miracles. Il faut simplement garder en vue que chacun n’est responsable que de lui-même et que nous ne pouvons pas choisir à la place de l’autre.

Chacun est libre d’être qui il est et de devenir qui il veut être.

Quand ceux qui se trouvent en face de nous ne nous conviennent pas, nous avons parfaitement le droit de nous éloigner d’eux. Chacun peut faire les choix qui lui conviennent le mieux, mais les seuls choix qui nous appartiennent sont ceux qui nous concernent directement.

Pourquoi ne pas faire un test ? Qui cherchez-vous encore à faire changer dans votre entourage ? Observez la façon dont vous réagissez avec les personnes que vous aimeriez voir changer, et faites petit à petit des choix conscients à leur sujet.

Quand vous sentez monter en vous l’envie de blâmer l’autre ou de lui faire des reproches, respirez un grand coup, et voyez de quelle façon vous pourriez renverser la vapeur pour encourager l’autre, mettre l’accent sur la bonne intention qui se cache très certainement derrière sa façon d’être, et miser sur ce que vous aimez en lui.

Observez ce qui se passe alors, ce que vous voyez dans le regard et l’allure de l’autre, et il se pourrait bien qu’en persévérant quelque peu dans ce sens, vous soyez le témoin de jolies transformations auxquelles vous aurez contribué à votre façon.


Si vous avez envie de partager avec nous vos réflexions à ce sujet, je vous donne rendez-vous dans l’espace de commentaires tout en bas de page.


Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de fin d’année, et vous dis à bientôt

Laure 🙂




Découvrez les derniers arrivants en éditions papier !

Cliquez sur les couvertures ci-dessous pour accéder à l’ouvrage sur Amazon.fr

(Egalement dispo sur tous les autres sites Amazon – Edition papier et Kindle)

Liste complète des ouvrages de Laure en cliquant ICI !

 

 

 


 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

8 Comments

  1. CHRISTELLE

    21 décembre 2015 at 08:24

    Bonjour Laure,
    Merci pour cet article qui tombe à pic pour moi.
    Voici ce que je vais me demander:
    Comment ce serait si je cherchais toujours la bonne intention derrière les paroles de quelqu’un qui me semble blessant?
    Merci. Christelle

    • Laure Zanella

      21 décembre 2015 at 09:14

      Quand on cherche, on trouve, alors cette question sera sans doute une aide précieuse 🙂

      Belle journée à vous Christelle !

  2. jocelyne

    21 décembre 2015 at 13:26

    Bonjour Laure,
    Cet un très bel article( parce qu’il me parle beaucoup)
    J’applique la règle d’or: ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous faites le de même pour eux.
    Ce n’ est pas toujours facile mais quand on y parvient on se sent mieux.
    Je vous souhaite une très belle journée 😉

    • Laure Zanella

      21 décembre 2015 at 20:50

      Bonjour Jocelyne,

      Une jolie règle à suivre en effet. Donner et recevoir… Récolter ce que nous avons semé 🙂 Une belle soirée à vous !

  3. Gilbert

    21 décembre 2015 at 14:52

    Je partage votre métaphore

  4. Jeanne

    21 décembre 2015 at 19:39

    Bonjour Laure, j’ai beaucoup de difficulté avec ça… Quelle est la bonne intention d’un meurtrier? Quelle est la bonne intention d’un pédophile? Je pense qu’il y a des comportements dénués de bonnes intentions. Dans le conte de la Belle et la Bête, je présume que la Bête était repentante et aussi dans votre métaphore au sujet de l’employé qui a fait une erreur. J’ai l’impression que sans repentance, il ne peut y avoir de pardon. Est-ce que je me trompe?… Bonne journée 🙂

    • Laure Zanella

      21 décembre 2015 at 20:48

      Bonsoir Jeanne,

      L’article concerne surtout les cas de figure « classiques » et non des extrêmes comme ceux que vous citez. Quand on en arrive à agir de la sorte, c’est qu’il existe inévitablement une énorme souffrance et une façon de percevoir la vie totalement déformée, mais ces gens sont sans doute persuadés de ne rien faire de mal et d’être dans leur bon droit. Difficilement compréhensible d’un point de vue extérieur. Ce sont deux mondes radicalement différents qui s’affrontent…

      Le sujet de l’article n’est cependant pas le pardon, mais l’acceptation de l’autre tel qu’il est, dans toute son humanité et ses failles, et le lâcher prise par rapport au fait de vouloir changer l’autre. Quand on cherche à faire changer l’autre, il se braque et se ferme. Par contre, quand on l’accepte tel qu’il est et qu’on le laisse libre d’avancer comme bon lui semble en misant sur tout le bon qui existe en lui, c’est là que nous pouvons l’accompagner dans son évolution et parfois lui donner le petit coup de pouce supplémentaire dont il avait besoin pour faire de nouveaux pas sur son chemin. Le blâme ne fait jamais avancer personne. L’acceptation par contre et la compassion peuvent faire des miracles.

      Avec mes meilleures pensées

  5. Pingback: Gérer la dépendance affective | Transformezvotrevie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *