Lâcher nos idéaux !

By on 15 février 2020

Lâcher nos idéaux !

En amour, il y a un grand piège dont on parle souvent : celui de l’idéal.

Nous en avons tous un, cette liste de critères physiques, intellectuels, etc. qui va, selon nous, nous apporter le plus grand bonheur si nous trouvons l’ensemble de ces critères réunis au sein d’une seule et même personne…

Ensuite nous rencontrons un jour quelqu’un, et puis là, sans même avoir tenté de découvrir quoi que ce soit sur l’autre, nous tenons pour acquis que l’autre va endosser bien sagement le rôle que NOUS lui avons attribué (en ayant légèrement oublié de le prévenir au passage…) sans même avoir pris la peine de chercher à découvrir qui il était vraiment.

Et puis les mois et souvent les années passent, et les disputes se multiplient. Mais qu’est-ce qu’il lui prend donc à cet autre de se comporter ainsi ? Ah non alors, c’est juste pas possible ! De là arrivent les pleurs, le chantage affectif (conscient ou non, mais souvent très conscient quand même :-)) et puis on vit déception sur déception (et tout ceci fonctionne généralement dans les deux sens bien sûr) jusqu’à ce qu’un beau jour on décide de claquer la porte, parfois seulement dans l’espoir que l’autre se réveille enfin et qu’il commence à incarner qui il était « censé » être, oui parce que quand même… on avait décidé qu’il devait être comme ceci, et puis le mec (ou la meuf) n’a pas du tout suivi le plan ! C’est dégueulasse ! Non mais sérieusement ! Comment ont-ils pu se comporter de cette façon là et ne pas suivre à la lettre un scénario que NOUS avions tracé dans les moindres millimètres dans notre tête, et l’autre était bien sûr censé deviner tout ça, sans qu’on ait à prononcer le moindre mot, parce que ça aussi c’était une des qualités de notre idéal hein !

Je grossis un peu les traits de ce type de scénario, mais la grande majorité d’entre nous se retrouvera sans doute sans souci dans cette description. C’est ce qui se passe généralement quand nous débutons notre vie amoureuse, que nous sommes pleins de blessures, de croyances erronées à notre sujet, que nous nageons en pleine dépendance affective et avec une drôle de façon de concevoir le mode d’emploi des autres gens autour de nous (peut-être que le fait d’avoir joué à la poupée ou avec d’autres personnages inanimés pendant trop longtemps nous a fait enregistrer que les gens aussi allaient suivre tout naturellement notre idée de comment devait se dérouler le jeu…)

Et puis, quand on fait un petit bout de chemin en plus et qu’on dispose d’un recul plus grand, on se rend compte (normalement) de l’erreur qu’on avait fait en imaginant que l’autre était comme ci ou comme ça, alors qu’en fait, l’autre était un peu, beaucoup, ou totalement différent de l’image qu’on avait tenté de coller sur lui, pour ensuite l’engueuler quand il faisait quelque chose qui ne cadrait pas avec notre modèle de base.

Et vient un moment où on peut parfois faire preuve de suffisamment de lucidité pour se rendre compte de qui est réellement l’autre, et voir qu’il a toujours été ainsi (oui, oui) et que c’est NOUS qui nous étions aveuglés tant nous espérions vivre ce grand amour idéal alors que nous ne savions même pas au fond ce qui pourrait nous rendre vraiment heureux ou pas.

De ce que j’ai pu observer dans mon expérience, mieux vaut se fier à ce qu’on ressent dans l’instant que de s’accrocher à ce fameux idéal, parce que si vous vous retrouvez face à votre idéal, et que vous faites une autre rencontre qui, cette fois, ne cadrera pas (voir pas du tout) avec vos critères de départ, mais qui viendra malgré tout vous remuer comme vous ne l’aviez jamais été jusque-là, vous vous rendrez sans doute compte que votre ressenti vis-à-vis de votre idéal était finalement un grain de sable à côté de ce que vous avez pu ressentir pour cette autre personne qui ne correspondait pourtant pas aux critères recherchés.

L’idéal est un piège. Et le fait est qu’en s’accrochant à cet idéal, nous risquons de passer à côté de tout un tas de trésors qui en vaudraient pourtant largement la peine. C’est comme l’enfant qui s’attend à avoir un jouet bien précis à Noël et qui, en ouvrant la boîte, en trouve un autre. Avant même de découvrir ce jouet, avec lequel il pourrait peut être s’amuser encore bien plus qu’avec celui qu’il voulait au départ, l’enfant est déçu, parce qu’il avait quelque chose de bien précis en tête, et qu’il trouve autre chose dans la boîte. Et il pourrait alors choisir de laisser ce nouveau jouet de côté et de partir dans son coin en faisant la moue, terriblement déçu, et tout ça parce qu’il avait projeté quelque chose de précis et que la réalité concrète lui a présenté autre chose, ne se doutant absolument pas que l’autre jouet lui aurait procuré encore bien plus de joie.

La vie vous présentera souvent quelque chose de très différent de ce que vous aviez imaginé, et tant mieux, parce que sans ça, le déroulement de nos vies deviendrait très vite fade et ennuyeux, tellement prévisible que ça nous lasserait sans doute d’avance au bout d’un petit moment. Et si vous lâchez vos projections idéales pour simplement prendre le temps de découvrir ce qui se présente à vous et voir à ce moment là si ça vous convient ou non, vous pourriez avoir de très belles surprises et profiter encore plus de l’instant présent.

Mais au-delà de notre attachement pour notre idéal amoureux, il y a un autre idéal qui nous piège et c’est là que je voulais en venir aujourd’hui…

A quel autre « endroit » avons-nous tendance à nous raccrocher à un idéal, et à juger, critiquer et rejeter la version que nous observons quand elle ne cadre pas avec cet idéal ?

Eh bien le premier sujet concerné par ce mécanisme qui nous piège, c’est NOUS !

Pourquoi se juge-t-on si sévèrement ? Pourquoi passe-t-on autant de temps à tenter de changer tel ou tel aspect en nous ? Nous le faisons parce que nous passons notre temps à nous comparer à d’autres, et à nous comparer à notre idéal masculin ou féminin selon notre sexe, et quand nous voyons dans le miroir ou du côté de notre personnalité des éléments qui ne cadrent pas avec cet idéal, nous nous mettons à incendier notre cible (NOUS) au lieu de chercher à la découvrir telle qu’elle est et de voir ce qu’on en penserait sans ces modèles de référence…

De quelle façon vous regarderiez-vous si vous laissiez tomber tous les comparatifs extérieurs ? Si vous arrêtiez de vouloir ressembler à cette version « parfaite », selon vos critères, et que vous faisiez connaissance avec qui vous êtes maintenant ? Et si vous étiez quelqu’un d’autre, et que vous faisiez aujourd’hui la connaissance de cette personne qui est exactement telle que vous êtes aujourd’hui, porteriez-vous un jugement aussi sévère sur elle ? Ou est-ce que vous la trouveriez très chouette, et totalement digne d’intérêt et d’amour ?

Si le fait de chercher à transformer certains aspects de vous est une source de joie et de motivation pour vous, c’est parfait ! Il n’y a aucun problème avec ça. Mais si vous passez votre temps à vous regarder en faisant la grimace, à juger votre façon d’être, à vous critiquer à tous les niveaux en cultivant l’idée que vous n’êtes pas suffisants pour qu’on puisse vous apprécier vraiment et encore moins vous aimer durablement, alors arrêtez-vous tout de suite ! Prenez le temps d’une pause, et commencez à mettre un grand coup de balai dans tous vos points de référence extérieurs pour juste commencer à découvrir la personne que vous êtes, maintenant.

Pourquoi cherche-t-on à changer généralement ? Pour mieux convenir aux autres, et peut-être à certaines personnes plus précisément. Mais que sait-on au juste de ce qui pourrait plaire ou non à ces autres ? Ce sont nos critères, nos jugements, nos idéaux que nous mettons sur le tapis. Mais que sait-on de ce qui se passe dans la tête ou le cœur de l’autre ? RIEN DU TOUT !

S’accrocher à un idéal en voulant à tout prix que la réalité vienne cadrer avec cet idéal est un piège, et souvent, on continue de s’accrocher à cet idéal même si ce qui se passe dans le réel est totalement génial ! Et tout ça, avec une sorte de peur de passer à côté de quelque chose, du genre : si je renonce à mon idéal pour prendre ce qui se présente à moi, est-ce que je ne vais pas louper quelque chose d’encore mieux et avoir moins de bonheur ?

Mais que sait-on de ce qu’on pourrait ressentir si notre idéal prenait forme ?
Et que sait-on de la façon dont on se sentirait vis-à-vis de soi-même si nous incarnions enfin notre idéal personnel ?

Si vous vous sentez malheureux dans votre vie telle qu’elle se présente aujourd’hui, vous ne vous sentiriez pas plus heureux en devenant votre idéal personnel.

Et de la même façon, si vous vous sentez malheureux dans votre vie telle qu’elle se présente aujourd’hui, vous ne vous sentiriez pas plus heureux en voyant apparaître votre idéal amoureux là tout de suite.

Le même sentiment de vide reviendrait, la même lassitude, le même ras le bol.
Alors lâchez vos idéaux, et commencez simplement à accueillir la réalité telle qu’elle est… Et le premier trésor que vous allez voir apparaître là-dedans, c’est de commencer à vous sentir plus heureux, tout de suite ! Non pas parce que quelque chose ou vous-même aurez changé, mais parce que vous aurez enfin baissé les armes pour cesser de lutter contre ce qui est (et contre qui vous êtes) pour prendre le tout dans vos bras et vous mettre à danser joyeusement avec tout ça !

On passe notre vie à chercher le bonheur à l’extérieur alors qu’il est accessible à tout moment depuis l’intérieur, et pour ouvrir la boîte qui le contient, il suffit de mettre fin à la lutte, de déposer les armes, et de commencer à prendre CE QUI EST tel que c’est, là, tout de suite !

Respirez un grand coup, en conscience, et voyez à quel point vous passez votre vie à être crispé, en tension, et en apnée !

Faites tomber les carapaces ! Ouvrez-vous ! Lâchez tout ! Et ouvrez les bras à ce qui est !

C’est tout ce qu’il y a à faire 🙂

Ca ne doit pas vous empêcher de chercher à faire évoluer tel ou tel morceau de votre vie si ça vous met en joie, mais veillez justement à ce que la joie reste votre moteur, et laissez tomber toute tentative de changement qui représenterait une simple fuite vis-à-vis de ce qui est, ou de vous-même.

Le bonheur et l’acceptation sont intrinsèquement reliés, alors tentez le coup si ça vous dit, essayez quelque chose de nouveau, et surtout baissez les armes… Qui sait ce que ça pourrait déclencher pour vous et en vous ?

Vous ne le saurez que si vous vous lancez pour essayer…

A vous de voir à présent ce que vous voudrez en faire ou non.

Avec mes meilleures pensées
Laure

———————————————————————————–

 
 
 

☀ Téléchargez l’ensemble de nos guides PDF et programmes gratuits ici : http://www.laurezanella.com/ressources-gratuites/ -Loi d’attraction, confiance en soi, argent, hypersensibilité, libération émotionnelle…

Le site : www.laurezanella.com
Facebook : https://www.facebook.com/transformezvotrevielaurezanella/
Instagram : https://www.instagram.com/laurezanella/

S’inscrire à la newsletter : https://transformezvotrevie.learnybox.com/inscriptionnewsletter/

Les programmes Transformez votre vie : http://www.laurezanella.com/les-programmes-transformez-votre-vie/
Les livres de Laure : https://amzn.to/2PO1rAK
Les consultations privées : http://www.laurezanella.com/consultations-priv%C3%A9es-avec-laure/

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis plus de 15 ans !