Mettre fin aux difficultés relationnelles

By on 17 août 2015

 

Mettre fin aux difficultés relationnelles

 

Ce thème fait partie du programme de la formation en ligne « Neurodroitier et Heureux ». Plus d’infos en cliquant ici

Quand on a un mode de fonctionnement atypique, le plan relationnel ressemble souvent à un champ de bataille. Il arrive en effet bien souvent que depuis l’enfance, on ait enchaîné les incompréhensions, les malentendus, les blâmes parce qu’on est différent et que ceux qui se trouvent en face de nous ne comprennent pas nécessairement ce qui se passe en nous.

Un enfant n’a par ailleurs pas nécessairement la possibilité d’exprimer ce qu’il ressent, ce qui se passe tout au fond de lui, alors, ces autres qui croient à tort que le petit zèbre est comme eux perdront souvent patience devant sa sensibilité exacerbée, ses révoltes ou ce qui pourrait être interprété comme de l’effronterie, alors qu’il n’y a là qu’un enfant qui cherche à faire entendre sa vérité.

Dès les premières années, le sentiment d’être à part se fait fortement ressentir, et ce qui complique encore la chose, c’est que le petit zèbre est capable d’une extrême lucidité, percevant les subtils changements d’atmosphère et des détails souvent imperceptibles pour la majorité des gens. Il a tendance dès le plus jeune âge à percer les autres à jour et à voir au-delà de la façade.

Ce que je vous propose aujourd’hui, c’est d’aborder différents points clés pour atteindre un équilibre au sein de ses relations, et pouvoir ainsi balayer progressivement la souffrance inévitablement engendrée par la différence.

 

1- Accepter sa différence

Le fait est que tant qu’on cherchera à entrer dans la case « comme tout le monde », alors qu’on a un fonctionnement différent, les conflits intérieurs continueront de squatter la place. Vouloir faire semblant d’être quelqu’un d’autre pour mieux se fondre dans la masse, c’est renoncer à qui on est vraiment, et ça aussi, c’est source d’une grande souffrance.

L’un des points clé pour trouver un équilibre dans ses relations est d’accepter en premier lieu sa différence, de pouvoir la nommer, la regarder en face, et comprendre que cela fait partie de qui on est. Ce n’est ni un défaut, ni une maladie. C’est juste un morceau de soi, et ce morceau-là ne disparaîtra pas. Vous pourriez chercher à le nier, à l’occulter, à faire comme s’il n’existait pas, il finirait toujours par vous rattraper.

Acceptez d’être simplement vous-même, et rappelez-vous que c’est précisément le fait qu’il existe des différences entre les êtres humains qui ouvre la porte au partage et à l’enrichissement mutuel.

 

2- Personne n’a tort, personne n’a raison

Ce qui peut aussi être source de bien des conflits, c’est le fait que chacun campe fermement sur ses positions, convaincu de détenir la vérité, et cherchant à imposer sa vérité à l’autre.

Le neurodroitier a une perception de la vie particulière, des valeurs souvent très strictes, du coup, quand il se retrouve confronté à une personne qui déroge à ses règles, règles qui sont pourtant pour lui l’évidence même, il va se sentir d’autant plus blessé en ayant le sentiment qu’il s’agissait d’une attaque volontaire de l’autre, vis-à-vis de lui.

Ce qu’il faut entendre, c’est que l’autre a un système de valeurs qui n’est pas nécessairement le même que celui de notre zèbre, et du coup, l’autre ne voit pas ce qu’il a fait de mal dans l’histoire, parce que pour lui, dans sa perception du monde, il n’y a peut-être rien de négatif à son geste. Il ne comprend pas la réaction du zèbre qu’il qualifiera d’excessive, de disproportionnée, et si le zèbre riposte, l’autre pourrait bien finir par lui dire qu’il est cinglé ou hystérique (chose encore accentuée quand le zèbre est une femme).

Ce sont là deux points de vue différents qui s’affrontent, où chacun détient sa propre vérité. Il n’y a pas de point de vue absolu qui dirait que la bonne façon de vivre cette vie est de faire comme ceci ou comme cela.

Il y a bien sûr des valeurs sur lesquelles nous sommes quasiment tous d’accord (par exemple que le fait de tuer est mal), mais il y a aussi toute une palette d’autres aspects sur lesquels les points de vue sont complètement divergents.

La question n’est pas tellement de savoir qui a tort ou qui a raison, parce que personne n’a tort et personne n’a raison. La question est plutôt de savoir si ceux de qui nous nous entourons sont compatibles ou non avec notre système de valeurs.

« Est-ce que je me sens en harmonie avec cette personne ? »

Voilà sur quoi vous devez vous interroger. Si vous vous rendez compte que ceux qui gravitent autour de vous vivent dans un système de valeurs radicalement différent du vôtre, ce n’est pas nécessairement à l’autre de changer. Vous pouvez aussi prendre simplement la décision de vous en éloigner, et de vous entourer de personnes avec qui vous vous sentirez en harmonie et en sécurité.

Comme le dit Miguel Ruiz dans « La maîtrise de l’amour » : Si vous aimez les chats, pourquoi acheter un chien et lui demander ensuite de se comporter comme un chat ? Achetez donc directement un chat ! Non ? 🙂

 

3- Utilisez votre empathie

Le zèbre avec sa sensibilité exacerbée fait souvent preuve d’une grande empathie. Il lui est assez facile de se mettre à la place de l’autre et de ressentir ce qu’il ressent. Le comble, c’est qu’à travers cette empathie, le zèbre ressentira parfois plus de douleur que la personne concernée, parce qu’il vit les choses comme si ça lui arrivait à lui, là maintenant, et puisqu’il vit toutes ses émotions de façon amplifiée, la vive douleur de l’un pourrait devenir une tornade pour l’autre.

Il est important à ce niveau d’apprendre à se préserver pour éviter de tout absorber comme une éponge, d’où l’intérêt de créer autour de soi un environnement sain et lumineux.

Par contre, l’empathie peut aussi être un atout pour arriver à mieux comprendre l’autre et regarder une situation depuis son point de vue.

Lorsque vous vous retrouvez dans une situation pesante ou dans un conflit, demandez-vous ce que l’autre ressent, qu’est-ce qui se passe de son point de vue, comment il perçoit les choses, quelles sont les circonstances pour lui…

Ça vous aidera souvent à modifier votre angle de vue, à faire preuve de moins de rigidité dans vos jugements, et donc forcément à vivre des rapports plus harmonieux avec les autres (et avec vous-même par la même occasion)

 

4- Dédramatisez

L’une des autres caractéristiques qu’on retrouve souvent chez le zèbre est le fait de tout prendre au premier degré. Lorsqu’on se trouve en face d’une personne maladroite ou encore pire, d’une personne malveillante, autant dire que ça peut faire de sacrés dégâts.

Ce qui est lancé comme une simple plaisanterie peut parfois déboucher sur une grosse dispute, parce qu’au lieu d’entendre la plaisanterie pour ce qu’elle est, le neurodroitier va tisser toute une scène mentale et se représenter ce qui lui a été dit comme si c’était réel. Il se projette, il se voit déjà dedans, et il vit toutes les émotions qui vont avec.

Le problème n’est pas que le zèbre manque d’humour, car il en a souvent beaucoup et il aime rire, mais lorsque la plaisanterie touche des sujets sensibles, ça n’a plus l’allure du tout d’une blague, mais devient quelque chose de blessant.

Quand vous dites « Je vais faire telle ou telle chose… », le zèbre vous prendra souvent au mot, parce qu’il ne voit pas l’intérêt de dire quelque chose sans raison, juste comme ça. Ça n’existe pas dans son monde. Alors lorsque quelque chose de négatif à ses yeux suis le « Je vais faire… », là aussi, la boutade peut se transformer en véritable bombe.

On taxe souvent le neurodroitier de susceptible, de coincé, de sans-humour, mais en réalité, c’est surtout son extrême sensibilité qui rend certaines situations plus difficiles à vivre que pour la majorité des gens.

La clé ici est d’apprendre à se raisonner soi-même lorsqu’on se sent piqué en se disant par exemple « Il/elle plaisante. Ce n’est pas à prendre au premier degré… »

C’est tout simple, mais ça aide, et à force d’être répété, on apprend à réagir moins violemment.

À ce sujet, le fait est aussi que le zèbre a tendance à réagir au quart de tour. Ceux qui le connaissent un peu savent qu’il suffit d’appuyer sur un petit bouton pour le faire partir et le mettre dans tous ses états. Les manipulateurs jouent d’ailleurs avec ça pour faire enrager leur cible, pendant qu’eux restent parfaitement calmes à faire joujou, pour dire ensuite au zèbre d’aller se faire soigner.

Il sera donc important d’apprendre à prendre du recul, à se laisser un temps de réflexion avant de réagir, et là aussi, même si ça demande de l’entraînement pour enrayer les anciens mécanismes, ça fonctionne.

 

Pour résumer, je dirais donc que comme pour n’importe qui d’autre, le zèbre a tout à fait la possibilité de nouer des relations harmonieuses avec les autres, mais cela demande quelques ajustements.

Il est important de faire du tri dans son entourage et de s’autoriser à se défaire des liens toxiques, pour s’entourer de personnes lumineuses, avec qui on se sent bien, et qui seront déjà de préférence en équilibre avec elles-mêmes. Certaines personnes vont à l’encontre de toute logique et ne savent pas ce qu’est la bienveillance. Cherchez à les comprendre ou à leur faire « entendre raison » ne servirait à rien. La meilleure tactique reste la fuite !

C’est bien la qualité qu’il faut privilégier avant tout, et non la quantité. Bien sûr, le but n’est pas de devenir trop tranchant et d’éliminer quiconque commettrait le moindre dérapage, mais il est important de penser à soi et à son bien-être en premier lieu, car c’est comme ça qu’on pourra alors partager de façon saine et authentique avec les autres, et s’épanouir aussi.

En faisant en sorte de prendre du recul, de ne pas en faire une affaire personnelle, de chercher à modifier son angle de vue pour tenter de comprendre comment l’autre voit les choses, on peut défaire bien des nœuds, et se sentir à sa place, acceptant sa différence, autant que celle de l’autre.

 

En vous souhaitant une jolie journée !

 Laure 🙂

 


NOUVELLE FORMATION : Neurodroitier et Heureux ! 

Cliquez sur l’image pour accéder à la page de présentation

logo1

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *