Peut-on vraiment rester centré dans un monde aussi agité…

By on 1 février 2017

 

Crédit photo : suc – Pixabay.com

Peut-on vraiment rester centré dans un monde aussi agité…

Quand on parle de paix intérieure, l’image que nous sommes nombreux à y associer est celle du moine bouddhiste par exemple qui sourit, les yeux fermés, en pleine méditation, totalement paisible et serein. On pourrait l’imaginer dans un superbe décor, près d’un temple planté en pleine nature, avec le chant des oiseaux pour fond sonore ou même le bruissement de l’eau d’une cascade…

On pourrait aussi associer à cette notion de paix intérieure l’image de Maître Yoda, mais il faut dire que le moine bouddhiste est quand même nettement plus sympa esthétiquement parlant que notre bon vieux Yoda et ses 800 printemps…

Mais que se passerait-il si on plaçait l’un ou l’autre de ces êtres au milieu de la totalité de sa famille pendant une semaine durant la période des fêtes par exemple ? Pensez-vous vraiment qu’ils resteraient aussi zen ?

Il est facile de trouver la paix en se mettant à l’écart du monde. Plus personne pour nous perturber, nous taper sur les nerfs et venir chatouiller ce qui est encore blessé en nous. Mais peut-on trouver le même type de paix intérieure en vivant dans notre monde moderne et le rythme effréné du quotidien ?

C’est le thème que je vous propose d’aborder aujourd’hui et nous allons voir que finalement, les plus forts ne sont pas toujours là où on le croit…

 

 

Petite mise au point…

Certaines personnes se jugent assez sévèrement quand elles « pètent les plombs » ou débordent quelque peu de leur ligne de conduite habituelle sous prétexte qu’elles ont entamé un cheminement spirituel et que du coup, avec tout ce qu’elles ont déjà appris et travaillé, elles « devraient » être en mesure de rester zen en toutes circonstances et face à n’importe qui.

Elles estiment qu’elles sont « censées » être dans la bienveillance en permanence, dans l’amour inconditionnel de l’autre et ne jamais avoir une quelconque réaction négative.

Mais ce que je vous dirais à ce sujet, c’est que peu importe nos connaissances et le chemin parcouru, nous restons des êtres humains et nous avons tous un certain nombre de blessures plus ou moins profondes à guérir. Nous avons tous des moments où nous sommes fatigués, où nous sommes moins connectés à notre source intérieure et où nous nous laissons plus facilement embarquer par notre mental. C’est normal et c’est humain, et s’accepter y compris dans ces aspects-là nous conduit à un niveau supérieur d’amour de soi. Ce n’est pas parce qu’on a déjà fait un long travail sur soi qu’il n’y a plus rien à apprendre et à travailler, et qu’on va rester figé dans un sourire de béatitude permanente jusqu’à la fin de nos jours.

Quand on se met à l’écart du monde, qu’on part vivre en pleine nature au sommet d’une montagne, il est facile de trouver la paix et d’y rester en permanence. Mais si vous placez une telle personne dans un contexte du même type que celui que nous vivons au quotidien, je ne suis pas certaine que cette personne garde le sourire aux lèvres bien longtemps.

Alors quelle est la solution pour nous autres ? Faut-il changer radicalement de style de vie, tout abandonner derrière soi pour se mettre à l’écart du monde et de son stress quotidien ? Ça peut être une option pour qui a envie de vivre ce type de vie. Mais il existe aussi une autre option et c’est sans doute celle qui intéressera la majorité d’entre nous.

 

 

 

Le chemin parcouru…

Je vous invite à observer quelque peu votre cheminement des dernières années. Si vous comparez la personne que vous êtes aujourd’hui à celle que vous étiez il y a 10 ou 20 ans en arrière, vous constaterez sans doute des changements assez importants au niveau de votre attitude intérieure.

N’êtes-vous pas plus serein que par le passé ? N’avez-vous pas le sentiment d’avoir gagné en force ou en assurance ? N’avez-vous pas l’impression de savoir faire preuve de plus de discernement par rapport aux gens que vous rencontrez ?

Quels sont les éléments par rapport auxquels vous avez avancé ? Prenez vraiment le temps d’y réfléchir et de voir ce qui a évolué dans le bon sens chez vous. Les réponses ne seront sans doute pas les mêmes pour chacun, mais à moins d’être extrêmement buté et de ne jamais vous remettre en question, il y a forcément un certain nombre d’aspects en vous qui ont progressé (et en passant, si vous étiez du genre à ne jamais vous remettre en question, vous ne seriez sans doute pas là en train de lire cet article).

Si vous observez le chemin parcouru, vous allez vous rendre compte que de nombreux changements ont pris forme dans le temps, changements qui vous ont permis d’accéder à une meilleure version de vous-même. Peut-être que ces changements se sont faits très lentement ou que vous avez le sentiment de ne pas avoir beaucoup évolué, mais peu importe. Chaque petit pas compte et chacun doit suivre le rythme juste pour lui-même.

Quoi qu’il en soit, qu’est-ce qui vous a permis d’avancer vers ces changements bénéfiques ? Ce n’est sans doute pas le fait d’avoir pris la fuite à chaque fois que quelque chose venait vous titiller, non. Ce qui nous permet à tous d’avancer, c’est le fait de nous confronter à toutes sortes de situations, souvent désagréables je vous l’accorde. Cette confrontation n’a pas nécessairement été choisie par nos soins. Elle semble parfois s’être imposée à nous sans qu’on puisse rien y faire, mais d’une façon ou d’une autre, c’est le fait de nous retrouver face à un obstacle ou un défi qui nous a permis de créer un changement en nous et de nous libérer de plus en plus de nos chaînes…

 

 

Un mal pour un bien ?

Quand on trouve enfin un début de paix en soi, on voudrait que le monde autour de soi s’arrête de bouger, que tout le monde reste bien sagement à sa place et ne vienne surtout plus nous déranger dans notre paix intérieure.

Nous n’avons plus envie d’être provoqués, blessés, piqués et de revenir à cet état pesant qui était le nôtre avant. On voudrait rester perché sur notre nuage et ne plus en descendre, parce que c’est si bon d’être en paix. Seulement, ça ne peut pas fonctionner comme ça. Il reste bien sûr l’option évoquée tout à l’heure qui consiste à se mettre à l’écart du monde, mais on peut aussi choisir une façon différente de se mettre « à l’écart du monde » en revenant constamment à soi.

Quand une personne nous blesse, c’est parce que ce qu’elle dit ou ce qu’elle fait vient appuyer sur une blessure qui n’est pas encore guérie en nous.

Dans ce genre de situations, nous pouvons soit entrer en réaction et riposter (ce que nous avons tendance à faire de façon automatique), ou alors, nous pouvons choisir de nous tourner directement vers l’intérieur pour tenter de comprendre ce qui se passe en nous. Au lieu de rester attaché à ce qui se passe au dehors et à l’attitude de l’autre personne, nous pouvons nous mettre à l’écoute de notre blessure, nous demander ce qui nous pique au juste, pourquoi ça nous fait mal, à quoi ça nous ramène…

Du coup, le simple fait de reporter notre attention sur ce qui se passe en nous au lieu de rester fixé sur ce qui se déroule à l’extérieur va déjà faire retomber les tensions, car nous ne sommes plus dans l’accusation (toi tu me fais ça…) mais nous passons directement à l’introspection et l’écoute de soi. Nous considérons l’autre comme un simple déclencheur qui nous aide finalement à comprendre ce qu’il reste à guérir en nous, et nous pouvons commencer alors à utiliser chaque situation désagréable comme un moteur pour continuer à avancer, et devenir toujours plus forts, toujours plus zens, toujours plus en paix avec nous-mêmes et donc forcément avec les autres.

Alors oui, ce n’est pas facile d’accepter de lâcher nos réactions habituelles pour choisir de nous tourner vers l’intérieur à la place. Ça demande de l’entraînement, et il y aura sans doute un certain nombre de loupés durant les essais, mais très franchement, quand on voit la différence qui existe entre se laisser entraîner par les automatismes en place et faire un choix conscient et délibéré qui nous redonne du pouvoir, on a très vite envie de recommencer l’expérience et de poursuivre dans ce sens.

 

 

 

Laisser aller

Le fait est que nous ne pouvons pas contrôler les autres, ni le monde autour de nous. Il y aura toujours des imprévus, des choses qui ne cadrent pas avec ce qu’on espérait. Les autres auront forcément des réactions qui vont nous déplaire, qui vont nous irriter ou même nous mettre très en colère. Nous ne pouvons pas attacher tout le monde ou mettre les autres dans un placard pour rester en paix.

Nous pouvons évidemment faire un tri autour de nous pour nous libérer des personnes toxiques et nous éloigner de ceux avec qui nous n’avons aucune affinité, mais nous ne sommes pas obligés pour autant d’éliminer tout le monde de notre champ de vision pour trouver la paix et rester en paix.

Nous pouvons utiliser chaque occasion qui se présente (à chaque fois que nous sentons un malaise en nous) pour nous interroger sur ce qui se passe en nous et en comprendre un peu plus sur nous-mêmes. Nous pouvons saisir chaque opportunité pour panser de nouvelles plaies, voir ce qui est encore actif en nous et poursuivre notre travail intérieur.

Qu’avons-nous de mieux à faire de toute façon ? Passer notre vie à réagir négativement à tout ce qui va nous déranger ? Ce serait se charger de beaucoup de stress tout au long de sa vie avec les conséquences que ça implique. Ça voudrait dire aussi continuer à vivre de nombreux conflits, blesser les autres également à travers nos ripostes et créer au final une sorte de cercle vicieux qui nous éloigne de la joie véritable.

Ou nous pouvons simplement accepter que les choses sont telles qu’elles sont et voir qui nous voulons être et ce que nous voulons faire à partir de là.

Ça ne veut pas dire pour autant qu’il faut aller se jeter dans la gueule du loup et se placer délibérément face à des situations négatives. Le quotidien se chargera déjà de nous apporter toutes les occasions nécessaires à notre progression, et entre temps, nous pourrons profiter de plus en plus de la Vie et de toutes les belles choses qu’elle a à nous offrir.
Pour conclure, je vous dirais de ne pas vous juger trop sévèrement lorsque vous entrez en réaction. Voyez que c’est simplement le signe qu’il reste là quelque chose à travailler, et remerciez la Vie pour ce message qui vous est transmis plutôt que de vous blâmer de ne pas être en mesure de garder votre calme.

Faites un simple constat plutôt que de vous juger, et continuez à faire un petit pas à la fois. À chaque fois que quelque chose vient nous déranger, nous avons un choix à faire entre laisser nos vieux automatismes parler ou saisir la perche pour créer un changement bénéfique en nous, changement qui nous permettra de gagner en paix, en sérénité, en bien-être et en tellement d’autres choses encore pour toute la suite de notre parcours.

Et qui sait combien de personnes on pourrait inspirer au passage en continuant à évoluer de cette façon et en transformant les « calamités » en opportunités.

Ça rend la vie beaucoup plus légère et ça nous permet de vivre les obstacles et les difficultés avec bien plus de sérénité, en ressentant même une certaine satisfaction en songeant à ce que ce défi va pouvoir nous apporter.

Continuer à entrer en réaction est pesant et nous place dans une sorte de résistance intérieure, contre les autres et contre le monde. Nous voudrions pouvoir tout contrôler, nous voudrions pouvoir obliger les autres à arrêter de faire ou de dire ce qui nous dérange, mais c’est tout simplement impossible.

Alors à chacun de choisir entre les anciennes habitudes et la résistance qui va avec, ou l’accueil de ce qui est et l’opportunité d’avancer qui l’accompagne.

Il n’y a jamais aucune obligation de quoi que ce soit. Nous ne sommes pas censés avancer dans telle ou telle direction, et il n’y aura pas de punition non plus pour ceux qui ne le feront pas. La seule « punition » au final est ce qui se passe au niveau de notre ressenti intérieur quotidien.

Voyez simplement quel genre de vie vous voulez pour vous-même aujourd’hui, et gardez en vue que quel que soit votre âge ou votre parcours jusque-là, vous pouvez faire un nouveau choix à n’importe quel moment…

 
Alors à vous de jouer maintenant 🙂

 

 
Avec mes meilleures pensées
Laure

 

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligne et outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 







About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

3 Comments

  1. Jocelyne

    1 février 2017 at 13:12

    Merci du fond du coeur pour tous vos articles qui résonnent en moi àchaque fois.
    Jocelyne

  2. Sylvie

    22 février 2017 at 10:16

    Très bel article.
    Un peu compliquer quand on pense que notre vie ne vaut rien car personne ne veux de nous. Un peu compliquer quand on pense qu’il ne reste qu’à supporter….
    Mais j’espère arrivé à revoir la lumière petit pas par petit pas avec l’aide de vos articles.
    Merci

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *