Pourquoi sommes-nous tellement focalisés sur le négatif ?

By on 13 avril 2016

 

Crédit photo : Unsplash - Pixabay.com

Crédit photo : Unsplash – Pixabay.com

Pourquoi sommes-nous tellement focalisés sur le négatif ?

S’il y a bien une question qui revient souvent sur le tapis en matière de travail sur soi c’est « Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me débarrasser de mes satanées pensées négatives ?! »

Il faut dire que ces pensées négatives sont bien encombrantes et elles le deviennent encore plus pendant un temps lorsqu’on commence à devenir conscient de soi. Ces pensées négatives étaient déjà là avant, seulement, elles faisaient partie de nos automatismes, de tout ce qui se faisait « naturellement », sans qu’on s’en rende compte, et elles pouvaient alors continuer de répandre leur poison émotionnel en nous…

Alors oui, devenir conscient de soi et de ce qui se passe en soi nous donne le sentiment qu’il y a encore plus de pensées négatives, mais en réalité, c’est juste qu’on a enfin braqué le projecteur sur ces pensées et qu’on prend conscience de leur présence.

C’est par ailleurs précisément le fait de s’en rendre compte qui nous donne la possibilité de faire un nouveau choix à ce sujet pour nous libérer et trouver une paix intérieure toujours plus grande en nous 🙂

La question que de nombreuses personnes se posent cela dit est « Mais pourquoi sommes-nous tellement focalisés sur le négatif ? »

Je suis tombée hier sur un article de Gregory Grand, du site Virtuose de la Vie qui amène une réponse concrète à cette question. Je vous propose d’explorer le sujet ensemble et de voir ou revoir comment on fait pour se libérer de ces fameuses pensées 🙂

Vous me suivez ?

 

 

2 causes à notre « attrait » pour le négatif

Ce que nous explique l’article de Gregory (que vous pouvez lire par ici), c’est que notre cerveau archaïque, appelé encore cerveau primaire, a été programmé pour capter en premier lieu le négatif.

Ce cerveau archaïque est un « joli » héritage de notre ancêtre l’homme des cavernes et avait pour but de transmettre des signaux d’alerte en cas de danger, pour assurer purement et simplement la survie de l’espèce. Si vous avez vu « Les Croods », le père, Grug est la parfaite incarnation du cerveau archaïque 🙂

À cette époque, on avait nettement plus de chances de voir surgir un animal sauvage de derrière un buisson, aussi, mieux valait-il avoir un bon « radar à danger » pour éviter de se faire grignoter par un ours ou une autre bête furieuse qui n’appréciait pas de voir la peau d’un de ses congénères sur le postérieur d’un être humain:-)

Le truc, c’est que ce cerveau archaïque existe toujours en nous, alors que la majorité du temps, il ne nous est pas utile. On va alors avoir tendance à voir le négatif au premier plan et à foncer tête la première vers tout ce qui génère un malaise en nous comme les jugements, la critique et le tralala habituel… (et en passant on va alors continuer à attirer à soi des expériences pas très sympas… Loi d’attraction quand tu nous tiens !)

Ensuite, la deuxième cause de notre attirance pour le négatif, c’est tout simplement l’éducation que nous avons reçue.

Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, je me souviens avoir entendu constamment des jugements et des critiques au sujet de tout et de tout le monde.

Plusieurs personnes autour de moi passaient leur temps à pointer du doigt l’extérieur, à dire qu’il fallait être comme ci et surtout pas comme ça, et il y en a même qui s’autocritiquaient à longueur de temps. De mon côté, je ne voyais pourtant rien de bizarre ou de mauvais chez ces personnes, alors au bout d’un moment, j’ai fini par associer le fait d’être « normal » au fait d’être insuffisant, mauvais, laid, etc.

Je ne pense pas exagérer en affirmant que la majorité d’entre nous a dû vivre le même type de scénarios.

Avant l’âge de 7 ans, notre esprit critique n’est pas développé, du coup, nous prenons tout ce que nous entendons et voyons du dehors comme étant la vérité, et nous l’absorbons comme il est présenté, sans filtre.

Tous les messages que nous avons reçus depuis l’enfance se sont ainsi ancrés en nous, souvent de façon totalement inconsciente, et nous avons pris l’habitude dès notre plus jeune âge de nous focaliser en premier lieu sur tout ce qui ne va pas.

 

 

Peut-on renverser la vapeur ?

Oui ! Et heureusement d’ailleurs 🙂 Pour ceux d’entre vous qui sont encore en pleine lutte avec leurs pensées négatives, je vous dirais de ne pas avoir peur, car peu importe votre cheminement jusque-là et le degré de négativité que vous portez en vous, il y a toujours moyen de renverser la vapeur, et même de façon radicale.

Il y a encore quelques années en arrière, mon état d’esprit était un véritable marécage de négativité avec sa montagne de peurs, de doutes, son manque d’estime de soi et tout ce qu’il y avait de plus limitant.

S’il n’était pas possible de renverser la vapeur, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui et je ne passerais pas la majorité de mon temps dans un état de joie profonde et d’enthousiasme.

Je n’ai que 33 ans, alors si j’ai pu passer d’un extrême à l’autre en un temps plutôt court, vous le pouvez aussi, et votre présence ici prouve bien que vous êtes déjà en train de chercher des réponses et des solutions, et vous finirez inévitablement par les trouver 🙂

 

 

Comment on fait ?

Comment fait-on concrètement pour sortir de ces schémas limitants qui nous poussent à constamment nous focaliser sur le négatif ?

Si vous êtes un lecteur régulier du blog, vous avez déjà sous le coude différentes méthodes qui permettent de sortir du piège, mais je vous propose néanmoins une petite piqûre de rappel aujourd’hui.

1ere clé : On cesse de lutter ! Ce n’est pas le fait de résister à nos pensées négatives ou de tenter de les chasser à coup de pied au c… qui va nous permettre d’atteindre le résultat désiré. On se contente d’observer, sans jugement, et on choisit tout simplement de recentrer son attention sur une autre pensée qui suscite en nous de bons sentiments.

2e clé : On fait la causette avec notre cher ami l’ego 🙂 Au lieu de l’envoyer paître là aussi, on peut tout simplement dialoguer avec son ego, cette part de notre mental qui est constamment dans le jugement, la peur et compagnie. Pour s’en libérer, il faut lui donner ce qu’il veut : de la reconnaissance ! Dites-lui un sincère merci pour ce qu’il fait pour vous, parce qu’en réalité, il ne fait que chercher à vous protéger. Ensuite, dites-lui que tout est OK à présent et qu’il peut aller se reposer tranquillement pour vous laisser gérer la situation par vous-même. C’est tout simple, mais ça marche ! Je vous invite d’ailleurs à lire ou relire mon article sur ce thème ici si vous en ressentez le besoin.

3e clé : On apprend à se focaliser sur tout ce qu’il y a à apprécier… Je vous avais déjà parlé également de la gratitude et de l’immense pouvoir d’un simple MERCI. Quand on prend le temps d’observer tout ce qu’on possède déjà, tout ce qu’il y a à apprécier dans nos vies et chez les autres, on entraîne son cerveau à se focaliser sur le positif, et en plus, c’est extrêmement agréable. Le simple fait de dresser une petite liste de 10 éléments à apprécier chaque jour peut déjà créer des changements incroyables dans notre vie, et au niveau de notre bien-être aussi ! De la même façon, au lieu de laisser notre mental se promener par lui-même lorsque nous sommes en interaction avec d’autres personnes, on peut se créer un petit rituel qui consiste à chercher systématiquement quelque chose à apprécier chez ceux que nous côtoyons, que ce soit une caractéristique physique, un style vestimentaire, une façon d’être, une façon de s’exprimer ou n’importe quoi d’autre qui serait sympa à nos yeux. C’est encore une fois tout simple, mais prendre cette habitude change vraiment la vie !

4e clé : On s’imprègne de messages positifs et on utilise pourquoi pas des enregistrements audio pour saturer notre subconscient d’éléments positifs au lieu de continuer à absorber tout ce qui se passe en pilote automatique. Je vous en avais aussi parlé dans un précédent article que vous pourrez retrouver ici si vous l’avez manqué.

 

 

Tout est entre nos mains

En somme, même si nous avons passé 10, 20 ou 50 ans de notre vie plongés dans le négatif le plus total, il n’est jamais trop tard pour renverser la vapeur !

C’est juste une question de pratique et d’habitudes. De la même façon que nous avons appris à fonctionner d’une certaine manière, nous pouvons apprendre de nouveaux mécanismes que nous aurons choisis cette fois, et qui vont faire de notre vie un véritable chef-d’oeuvre !

La plasticité cérébrale est quelque chose qui a été prouvé scientifiquement… Nous ne sommes absolument pas condamnés à vivre toute notre vie durant avec des mécanismes limitants qui seraient inscrits quelque part dans nos gènes, et nous avons tous au contraire la possibilité de choisir quel genre de vie nous désirons créer pour demain ! Alors qu’allez-vous choisir à présent ?

C’est à vous de jouer maintenant 🙂

 

N’hésitez pas comme toujours à partager avec nous en commentaires vos réflexions sur le sujet. Et si cet article vous a été utile, sentez-vous libre de le partager autour de vous pour permettre peut-être à vos proches de faire de nouveaux pas en avant eux aussi 🙂

 

Une très jolie journée à tous et à bientôt !
Laure 🙂

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks


 

 

 


 

 >

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *