Si vous cherchez désespérément un sens à votre vie…

By on 13 juillet 2016

 

Crédit photo : Unsplash - Pixabay.com

Crédit photo : Unsplash – Pixabay.com

Si vous cherchez désespérément un sens à votre vie…

Einstein disait « En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un. »

Impossible, mais je dirais aussi insupportable. S’il y a bien quelque chose qui a tendance à nous faire perdre toute motivation et tout entrain, c’est le fait d’errer sans but, dans le vague, sans avoir devant soi un projet à concrétiser ou un objectif à atteindre, et au-delà des différentes marches que nous pouvons choisir de gravir au fur et à mesure de notre cheminement, trouver un sens à sa vie est une quête que la majorité des êtres humains poursuit, si ce n’est la totalité de la race humaine.

Avez-vous vous aussi envie ou même besoin de trouver un sens à votre vie ? Est-ce que le fait de ne pas savoir quel est le chemin à suivre est source de frustration ou de souffrance pour vous ?

Si oui, je vous propose de me suivre pour un nouvel article où nous allons utiliser une méthode dont je vous ai parlé récemment pour balayer toute cette souffrance inutile et aller vers la prise de conscience du fait que, ce que vous cherchez, vous l’avez finalement déjà entre vos mains…

 

Exploration

Il y a quelques jours, je vous ai parlé de la merveilleuse méthode de Byron Katie pour sortir de l’illusion créée par nos pensées et toute la souffrance qui va avec.

C’est une technique très simple à utiliser, dont on peut d’ailleurs se servir soi-même, sans l’aide d’un intervenant extérieur, et en poursuivant mon exploration de cette méthode, je suis tombée sur un chapitre très intéressant ! (parmi tant d’autres 🙂 )

Quand nous cherchons désespérément un sens à notre existence, l’une des croyances sous-jacentes que nous cultivons est « Ma vie devrait avoir un sens », et c’est là que le drame commence !

Ce qui nous fait souffrir ici, ce n’est pas la situation en elle-même, ce n’est pas le fait d’être encore dans le brouillard…

C’est en fait seulement et uniquement notre attachement à la pensée qui dit que notre vie est censée avoir un sens, et puisque nous ne trouvons pas (encore) de sens à notre vie, il y a un conflit entre ce qui est et ce que nous pensons à ce sujet, et c’est ça qui engendre de la souffrance en nous.

Le but du jeu va donc être de démonter cette croyance, ce que nous allons faire ensemble, car c’est précisément ça qui va nous libérer, et nous permettre alors d’accueillir sereinement ce qui est, et de prendre conscience de quelque chose d’essentiel…

 

Questionnement

Est-ce vrai que notre vie devrait avoir un but ? Est-ce que nous pouvons savoir de façon absolue qu’elle est censée avoir un but bien précis ?

La réponse est Non. Nous pouvons supposer qu’elle devrait avoir un but, nous pouvons imaginer que…, espérer qu’elle ait un sens particulier qui va nous être révélé, mais concrètement, il nous est impossible de savoir de façon absolue que notre vie est censée avoir un but.

On pourrait tout à fait être tombé là « par hasard », par le simple fait de l’évolution, sans qu’il y ait un sens plus profond à ça…

Ce n’est pas ma conviction, mais si nous nous concentrons sur les faits, ce qui est réel et palpable, c’est que nous ne pouvons pas savoir de façon absolue que notre vie est censée avoir un but particulier.

 

Qu’est-ce qui se passe cependant en nous quand nous croyons à cette pensée ?

 

Si je n’ai pas encore trouvé de sens à ma vie et que je crois que ma vie est censée avoir un but, alors les émotions qui vont se manifester à moi vont être de la peur en premier lieu, parce que je nage dans l’inconnu et que j’ai le sentiment que tout ce que je vis n’a pas de sens alors que c’est censé en avoir un, qu’il n’y a pas de destination à atteindre alors que ça devrait être le cas.

Je suis frustrée aussi parce que j’estime que je devrais connaître ce but, pourtant, je ne le connais pas, et je trouve ça terrible. C’est comme si c’était là, devant mes yeux, mais que je ne pouvais pas le voir.

C’est assez désagréable !

Il se peut aussi que je sois très tendue, que je ressente une grande oppression au niveau du plexus et que je sois une vraie boule de nerf, pas forcément très disponible et agréable pour mon entourage, parce que je suis focalisée sur le fait que ma vie est censée avoir un sens, alors que je ne lui en trouve pas…

Par ailleurs, j’ai conscience du temps qui passe et je sais que puisque ma vie devrait avoir un sens, il va falloir que je me dépêche de le trouver, sans quoi je vais arriver au bout de mon chemin en étant passée à côté de l’essentiel.

Vous voyez un peu le tableau ?

Je vous invite vraiment à prendre le temps de vous interroger et de vous demander comment vous vous sentez quand vous croyez à cette pensée qui dit que votre vie est censée a voir un sens… Et tout poser par écrit sera encore plus productif 🙂

 

On bascule…

Maintenant, la question suivante est : Qui serais-je sans la pensée qui dit que ma vie devrait avoir un sens ?

Et bien je ne le sais pas vraiment, mais en envisageant cette possibilité, je ressens déjà un grand soulagement en moi. Si je ne cultivais pas l’idée que ma vie est censée avoir un but, je ne me prendrais pas la tête à lui en chercher un à tout prix, je vivrais ce que j’ai à vivre au quotidien sans m’attarder sur le sujet.

Ma vie est CENSEE avoir un but selon qui au juste ? Est-ce que Dieu est descendu sur Terre pour me dire « Hey toi, ta vie est censée avoir un but ! Débrouille-toi pour le trouver ! » … Non en fait. Peut-être que certaines personnes autour de moi ont pu me dire que ma vie était censée avoir un but, mais au final, il ne s’agit que de leurs croyances… Ce n’est pas pour autant la vérité…

Si je ne cultivais pas la pensée qui dit que ma vie devrait avoir un but, peut-être aussi que je profiterais beaucoup plus du moment présent et que je déciderais de faire de l’ensemble du chemin le but de ma vie.

Au lieu d’envisager une destination bien précise à atteindre, je penserais peut-être que finalement, chaque étape a sa place, chaque étape permet de grandir, de comprendre de nouvelles choses, de progresser un peu plus pour me permettre d’aller là où j’ai envie d’aller.

Ce « Là où j’ai envie d’aller » évolue au fil de mon cheminement, au fil de mes envies, et c’est parfait comme ça. Je peux à tout moment décider de créer un nouvel avenir, un nouveau but à atteindre, et en avançant ainsi, je me sens libre et heureuse.

Si je ne cultive plus la pensée « Ma vie devrait avoir un but », il n’y a plus de stress, plus d’appréhension, plus de pression.

C’est quand même nettement plus sympa non ? Qu’en pensez-vous ?

 

Retournement

En retournant notre croyance de départ avec la méthode proposée par Byron Katie, on arrive à ceci : « Ma vie ne devrait pas avoir de but », ce qui veut dire que tout le chemin qui a été fait jusque-là était parfait et suffisant.

Il n’y avait rien de plus à faire ou à vivre à chaque instant qu’on laisse derrière soi, parce que nous avons fait et vécu ce que nous pouvions faire et vivre à ce moment-là, en fonction de notre degré de conscience du moment.

Byron Katie rajoute dans ses explications « Peut-être que ma vie ne devrait pas avoir d’autre but que d’être ce qu’elle est. »

Voilà qui me va très bien ! Et vous, que ressentez-vous en envisageant cette nouvelle possibilité ?

Que diriez-vous si, au lieu de continuer à chercher désespérément un sens à votre existence, vous envisagiez l’idée que votre existence telle qu’elle est a déjà du sens, et que vous pouvez choisir quel sens vous avez envie de donner à chaque nouvelle étape que vous franchissez ?

 

En cherchant à tout prix un but à notre vie, nous passons à côté de cette vie ! Nous regardons de tous les côtés, nous fouillons dans les fourrés en espérant y dénicher enfin la réponse tant recherchée, mais finalement, si le but de la vie était simplement de vivre et d’expérimenter tout ce que nous pourrions avoir envie de vivre et d’expérimenter ?

Nous sommes tous les créateurs de notre expérience de vie. C’est à nous de choisir, en définissant quelles pensées et quelles croyances nous allons cultiver, et dans quelle direction nous allons désormais tourner notre attention.

À nous donc de choisir quel sens donner à notre vie, car il n’est écrit nulle part qu’elle est censée avoir un but précis, à part dans notre esprit.

Rien ne nous oblige à croire les pensées qui se manifestent à nous, et nous pouvons à tout moment prendre conscience du fait que ce ne sont pas les faits en eux-mêmes qui nous font souffrir, mais seulement et uniquement les pensées que nous cultivons à ce sujet.

Une pensée n’est rien d’autre qu’une pensée, et prendre conscience du fait qu’elle n’est pas réelle, que ce n’est qu’une interprétation du mental, nous offre la vraie liberté.

 

À vous de jouer à présent, et n’hésitez pas à partager avec nous vos réflexions ou expérimentations à ce sujet dans l’espace de commentaires en bas de page ! 

 

Une très belle journée à tous !

Laure 🙂

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *