Si vous n’arrivez pas à pardonner

By on 19 mai 2016

Crédit photo : myhero.com

Immaculée Ilibagiza – Crédit photo : myhero.com

Si vous n’arrivez pas à pardonner

Y a-t-il encore certains événements de votre passé que vous traînez derrière vous comme de gros boulets parce que vous n’arrivez pas à pardonner ?

Vous arrive-t-il de ressentir de la colère contre une ou plusieurs personnes autour de vous parce que les actes ou les paroles de ces personnes vous ont infligé une forte blessure qui n’a toujours pas cicatrisé ?

Aimeriez-vous vous libérer une bonne fois pour toutes de ce fardeau qui pèse si lourd dans votre cœur, mais dont vous ne savez pas comment vous défaire ?

Si c’est le cas, sachez que le pardon véritable est pourtant possible, pour tous, et quoi que nous ayons pu vivre.

Et pour vous expliquer comment on fait, j’aimerais partager avec vous l’histoire d’Immaculée Ilibagiza, une femme qui aurait eu toutes les raisons du monde de continuer à choisir la haine, et qui pourtant, a réussi à pardonner l’impardonnable, et qui, en plus, a fait de son histoire un exemple pour transmettre un message de paix et d’amour à travers le monde.

Alors quelles que soient les rancoeurs ou les blessures qui peuvent vous habiter aujourd’hui, je vous propose de prendre quelques minutes pour lire l’article du jour, parce que qui sait ce qui pourrait en ressortir pour vous…

 

Immaculée Ilibagiza

Immaculée est née en 1972 au Rwanda… En avril 1994, lorsque commence le génocide des Tutsis, la jeune femme quitte la maison familiale selon les instructions de son père pour aller se réfugier chez le pasteur du village.

Elle ne reverra jamais sa famille…

Pendant 91 jours, Immaculée Ilibagiza restera enfermée dans une minuscule salle de bain avec 7 autres femmes…

Recherchée par les Hutus qui veulent sa mort, elle se réfugie dans la prière. Par miracle, les Hutus n’ont pas trouvé la salle de bain dont la porte était masquée par une armoire.

Immaculée a fini par apprendre la mort des membres de sa famille, et durant ces 91 jours d’enfermement dans le silence, elle a vécu des moments terribles de souffrance, de peur et de rage…

Dans le film documentaire « L’infinie puissance du coeur » dont je vous reparlerai (film dispo en anglais / Livre en français) Immaculée explique qu’elle vivait une colère terrible contre 8 millions de personnes.

Pourtant, cette femme a trouvé le chemin du pardon et je me dis que si cette femme a pu pardonner ce qui nous apparaît à tous comme impardonnable, alors que sommes-nous capables de faire de nos propres valises qui pèsent souvent bien moins lourd que les siennes ?

 

Inconscience…

Parmi les points d’ancrage qui ont permis à Immaculée de trouver la paix, il y a cette phrase de la Bible « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Pour trouver le chemin du pardon, il est en effet très important de comprendre que ce qui nous blesse dans les actes ou les paroles de l’autre ne provient généralement pas d’une volonté consciente de faire le mal.

Aussi difficile que ça puisse être d’entendre ceci, le fait est que même la grande majorité des criminels est persuadée de faire le bien, alors comme le dit Dale Carnegie dans son célèbre livre « Comment se faire des amis », qu’en est-il donc pour le commun des mortels ?

Prenons un autre exemple : La majorité d’entre nous considère Hitler comme un pur et simple monstre pour tout le mal qu’il a fait.

Mais en fait, de son point de vue, il était persuadé de faire le plus grand bien pour son peuple. Il n’agissait pas en se disant « Je vais massacrer des millions d’innocents et faire du mal parce que je suis profondément mauvais. », non… Il était convaincu de faire le bien…

C’est terrible d’envisager qu’on puisse être convaincu de faire le bien à travers de tels actes, et pourtant, c’est ce qui se passe pour la majorité des gens qui tuent ou font du mal aux autres d’une façon ou d’une autre…

Ils ne savent effectivement pas ce qu’ils font. Parce qu’ils ne sont pas branchés sur leur cœur, mais fonctionnent uniquement à partir de leur ego et de la peur, ils sont comme aveugles et incapables de se rendre compte de l’atrocité de leurs actes.

Comme je l’explique souvent quand j’aborde le thème du pardon, le but n’est certainement pas de trouver des excuses à ces personnes ou à ceux plus généralement qui ont pu nous blesser.

Mais le fait de chercher à regarder les choses du point de vue de l’autre aide à comprendre pourquoi, et comprendre est le seul moyen d’atteindre le lâcher-prise, même s’il s’agit de comprendre que l’autre vit dans un monde totalement déformé par rapport au nôtre et qu’il ne peut tout simplement pas comprendre la Vie comme nous-mêmes la comprenons.

 

Pardonner pour soi, pas pour l’autre

Pour en revenir à l’histoire d’Immaculée Ilibagiza, est arrivé un moment où, pour sa propre survie, elle s’est retrouvée face à un choix crucial.

Ou elle continuait de se laisser dévorer par la haine, ce qui ne changerait de toute façon rien aux circonstances et ne lui ramènerait pas non plus sa famille et son peuple, ou elle choisissait le chemin de l’amour, pas pour ceux qu’elle avait haïs jusque-là, mais pour elle, parce que c’était le plus juste pour elle.

Je crois que le point clé dans le pardon, c’est de vraiment comprendre que le pardon n’est pas une sorte de grâce qu’on adresse à l’autre.

C’est un cadeau qu’on se fait à soi !

Il y a une citation que j’aime beaucoup qui dit : Pardonner ne revient pas à dire « J’accepte ce que tu as fait ». Ca signifie plutôt « Je ne suis plus disposé(e) à souffrir à cause de tes actes. » Après tout, si nous gardons de la rancune au cœur, nous ne faisons que nous punir nous-mêmes.

Oui, quand nous restons dans la rancoeur ou la colère, qui souffre ? L’autre ? Celui qui nous a blessés ?

C’est possible oui, si nous passons notre temps à nous acharner sur lui… Mais ça ne changera rien non plus à ce qui s’est passé, et l’autre finira par réagir et par s’éloigner pour ne plus subir notre colère.

Nous par contre, quand nous restons dans la rancoeur, NOUS souffrons tout le temps, à chaque fois que nous y pensons.

Si nous restons dans cette colère ou parfois même dans cette haine, c’est parce qu’une part de nous croit que si elle lutte suffisamment fort, ce qui a été fait pourra être défait… Mais c’est faux ! Et en prendre conscience est vraiment important pour accéder au pardon véritable.

Vous aurez beau vous battre de toutes vos forces, le passé est ce qu’il est et il ne changera pas. Mais vous, vous pouvez faire un autre choix et décider là, tout de suite, de ne plus vous laisser définir par le passé, et de vous autoriser à être heureux à nouveau, malgré ce que vous avez pu vivre.

Pardonner ne veut pas nécessairement dire retisser des liens avec ceux qui nous ont blessés. Ca peut aussi vouloir dire s’éloigner et tourner la page, l’important étant de se sentir en paix et de s’autoriser à être heureux à nouveau, malgré ce qu’on a pu vivre.

 

Prendre soin de ses blessures

On peut ressentir un profond sentiment d’injustice à l’idée de lâcher prise, parce que dans bien des cas, on voudrait que l’autre paye, qu’il répare le mal qu’il a fait, mais au fond, quoi qu’il fasse maintenant, la blessure sera toujours là.

C’est comme le clou qu’on plante dans une planche de bois. Vous aurez beau retirer le clou, le trou sera toujours là…

Le passé ne peut pas être changé, mais nous avons la possibilité de prendre soin de nos blessures dans le moment présent, et de voir ce qui se cache sous la blessure qui nous apparaît au premier plan, car bien souvent, il y a quelque chose de beaucoup plus profond encore qui cherche à être mis en lumière à travers ce que nous vivons en ce moment.

C’est à nous de prendre soin de nos propres blessures, de les reconnaître, de les accueillir, et de nous donner la permission d’avoir ressenti ce que nous avons ressenti.

Personne d’autre que nous ne peut faire ce chemin à notre place.

 

Un exemple à suivre

Si une personne comme Immaculée Ilibagiza a pu pardonner malgré l’horreur de ce qu’elle a vécu, alors chacun de nous le peut aussi, quoi que nous ayons vécu, mais c’est un choix que nous avons à faire, pour nous, et notre bonheur présent et à venir.

Alors quel est le choix que vous allez faire aujourd’hui, pour vous et votre bonheur ?

Si cet article vous a interpellé, n’hésitez pas à partager avec les autres lecteurs vos réflexions ou expériences sur ce thème. Et sentez-vous libre de partager cet article à qui il pourrait être utile.

 

En vous souhaitant à tous le meilleur.

Laure 🙂

 

P.S : Si vous voulez connaître le chemin d’Immaculée vers le pardon, vous pouvez lire son livre « Miraculée : Une découverte de Dieu au coeur du génocide rwandais »

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligneLes outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 

 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

7 Comments

  1. Marie

    20 mai 2016 at 16:56

    Bonjour Laure !!

    Toujours en accord et c’est cette même phrase « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » qui résonnait en moi et que j’ai réellement compris en lisant « Conversation avec Dieu ».

    Le pardon des autres, j’ai toujours trouvé cela facile mais le pardon de soi ??
    Merci pour le magnifique article.

    Belle fin de journée

    • Laure Zanella

      21 mai 2016 at 10:05

      Merci pour votre message Marie. Apprendre à faire preuve de la même ouverture vis à vis de soi-même que celle que nous offrons souvent bien volontiers aux autres est important, car pourquoi devrait-on se traiter plus durement qu’un autre ? Il nous arrive aussi de ne pas savoir ce que nous faisons, dans le sens où nous faisons de notre mieux en fonction de ce que nous avons appris et des circonstances du moment, sans forcément nous rendre compte de l’impact de nos actes ou de nos paroles sur les autres. L’essentiel est de faire de son mieux, et de s’accueillir tel que l’on est 🙂 Passez une jolie journée

  2. Jeanne

    20 mai 2016 at 17:48

    Bonjour Laure, j’ai des souvenirs d’enfance qui me font encore grogner. Merci pour cet article qui aide à se libérer des chaînes de la rancune qui ne fait, au fond, que donner le pouvoir à l’autre de nous blesser.

    • Laure Zanella

      21 mai 2016 at 10:02

      Bonjour Jeanne,

      C’est qu’il reste encore des blessures en vous qui n’ont pas été reconnue, depuis vos yeux d’enfant. Autorisez vous à avoir ressenti ce que vous avez ressenti, la colère qui a pu se manifester contre certains de vos proches, car le fait de vous redonner ces permissions va vous aider à panser ces plaies une bonne fois pour toutes et à profiter pleinement du présent 🙂

  3. Pingback: L'infinie puissance du cœur... | Transformezvotrevie

  4. carole

    26 mai 2016 at 21:02

    BONJOUR Laure j’ai moi aussi de très grande blessure d’enfance et je ne ses pas trop comment m’en sortir j’aimerais voir le film infiniment puissance du cœur mais je ne ses pas ou me procurer ce film merci de me lire et bravo pour votre site toujours très intéressant et apprécier laval province de Quebec

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *