Si vous vous sentez épuisée de devoir toujours penser à tout…

By on 11 mai 2017

Si vous vous sentez épuisée de devoir toujours penser à tout…

Hier, j’ai partagé sur ma page Facebook des illustrations de Emma qui abordaient des scènes du quotidien que, malheureusement, beaucoup trop d’entre nous connaissent. Mettons immédiatement les choses au clair : même si ces spécimens sont un peu trop rares encore à ce jour, il existe des tas d’hommes qui participent activement à la bonne marche du foyer et qui le font spontanément, sans qu’il y ait à leur demander quoi que ce soit. Je parle ici des couples hétérosexuels puisque dans le cadre d’un couple d’hommes, il y en aura au moins l’un des deux qui va prendre en charge toute la « logistique ménagère » et qui se reconnaîtra peut-être d’ailleurs dans l’article d’aujourd’hui…

Le but ici n’est certainement pas de vous pointer du doigt messieurs, mais il faut dire que j’ai été très étonnée de voir dans les commentaires de la BD le nombre de femmes ayant quitté leur conjoint parce qu’elles n’en pouvaient tout simplement plus de devoir toujours tout assumer seules, ou alors, de devoir expliquer en permanence à leurs hommes (des adultes responsables rappelons-le) ce qu’ils étaient censés faire du côté des tâches quotidiennes alors qu’ils vivaient là depuis des années…

Ce n’est pas de leur faute au départ parce qu’ils ne font que suivre les enseignements qu’on leur a donnés, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut continuer à avancer dans cette direction sans remettre les pendules à l’heure, car dès lors qu’on prend conscience de ce qui se passe, on peut faire un nouveau choix plus positif pour tout le monde 🙂

Ce type de scénario, je l’ai vécu également, et lorsqu’il faut déjà penser à tout côté pro parce qu’on a sa petite entreprise à gérer de A à Z, il est tout bonnement insupportable de devoir en plus tout gérer au foyer en ayant l’impression de toujours devoir tout porter sur ses seules épaules, sans avoir jamais le moindre petit mot de reconnaissance ou le moindre soutien spontané. Nous sommes très nombreuses à vivre ou à avoir vécu tout ceci, d’où mon envie d’aborder ce sujet aujourd’hui pour permettre d’un côté à celles qui subissent ce genre de situations de sortir du piège, et pour permettre peut-être aussi à ceux qui risquent de subir des conséquences négatives de leurs habitudes de changer de direction avant qu’il ne soit trop tard 🙂

Ce que j’aimerais donc vous proposer aujourd’hui si vous vous sentez concerné par ce qu’on appelle la « charge mentale », ce n’est pas de débattre d’un sujet qui personnellement m’énerve encore beaucoup 🙂 , mais plutôt d’aborder la chose de façon constructive pour voir de quelle façon on peut travailler à se réaligner intérieurement pour que ce genre de mécanismes n’ait plus à être reproduit…

 

 

 

Pas de bourreau sans victime consentante

Pour commencer, mettons immédiatement de côté les accusations pour parler de la notion de responsabilité.

Pour qu’un schéma tel que celui évoqué aujourd’hui puisse prendre forme, il faut que deux personnes y participent. Et pour qu’un tel schéma puisse se produire dans notre réalité physique, il faut que ce schéma soit déjà existant à l’intérieur de nous…

Si nous vivons ce type de situations où nous devons tout prendre en charge et penser constamment à tout pour tout le monde à la maison, c’est parce qu’il y a une part de nous qui croit encore que c’est notre devoir, que c’est normal pour nous d’assumer cette charge !

Si nous étions dès le départ parfaitement claire sur le fait qu’il est entièrement naturel que le quotidien d’un couple ou d’une famille soit partagé équitablement entre tous (y compris les enfants), on ne vivrait tout simplement pas ce genre de cauchemar !

Ça veut dire qu’avant de s’attendre à ce qu’il y ait du changement d’un point de vue concret, il va déjà falloir explorer ce qui se passe sur le plan intérieur pour faire le point sur les croyances limitantes en place.

 

Observez ce que vous ressentez… Observez cette culpabilité qui se manifeste très certainement si vous décidez tout à coup de tout planter et de laisser toute la troupe se débrouiller par elle-même…

Observez ces pensées qui vous disent que si vous ne faites pas ce qu’il y a à faire ou ne pensez pas à tout ce qu’il y a à penser, personne ne le fera à votre place et le navire finira par sombrer 🙂

Le premier pas à faire pour que les choses changent, c’est de commencer à voir clairement ce qui se passe en vous pour prendre conscience du fait qu’une part de votre être CROIT que c’est bel et bien à vous de tout assumer !

Dès lors que vous allez voir clairement les pensées et croyances limitantes en place, vous allez pouvoir commencer à les remettre en question pour petit à petit les éliminer…

 

 

 

La révolte, la colère, puis la paix…

Dans ce type de processus de transformation intérieure, on traverse généralement plusieurs étapes. D’abord il y a un sentiment de profonde lassitude, de fatigue, d’épuisement même à répéter constamment les mêmes schémas.

Ensuite, vient un moment où on commence à ouvrir les yeux, à comprendre qu’il y a quelque chose qui n’est pas normal dans l’histoire et où un sentiment de révolte commence donc à monter…

Et plus on se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ce mode de fonctionnement, plus le sentiment d’injustice grandit et c’est alors souvent de la colère qui arrive à toute vitesse.

 

Le but du jeu ensuite, c’est de faire en sorte qu’il devienne naturel et légitime pour nous d’adopter un nouveau mode de fonctionnement, et on peut vérifier où on en est en fonction de notre degré d’agitation intérieure.

Tant qu’il reste de la colère, du ressentiment, un besoin quelque part d’affirmer avec force que ce qu’on vit n’est pas normal, c’est que tout n’est pas encore parfaitement clair au niveau intérieur.

À partir du moment où on perçoit comme une totale évidence que ce n’est pas à nous de tout assumer et de penser constamment à tout pour tout le monde, on commence tout naturellement à poser nos limites, à dire stop, et on peut même planter sa tribu en les laissant se débrouiller seuls pour prendre du temps pour soi sans ressentir le moindre gramme de culpabilité.

 

 

 

Donnez-vous la permission…

Ce qui va grandement vous aider si vous vous sentez encore enfermée dans ce type de mécanismes, c’est de commencer à vous donner de nouvelles permissions.

Déjà, donnez-vous la permission de ressentir ce que vous ressentez, d’être en colère, frustrée, amère ou tout ce que vous pourriez être d’autre…

Donnez-vous également si nécessaire la permission de ne pas encore arriver à poser vos limites. Donnez-vous le droit de ressentir de la culpabilité si c’est le cas, d’avoir peur de ne plus être aimée en modifiant votre façon d’être, etc., et faites preuve de beaucoup de douceur envers vous-même surtout.

Ensuite, commencez à vous donner la permission d’avoir besoin d’aide, à vous donner la permission d’être un simple être humain qui n’est pas censé être une Wonder Woman (ou un Super Man) et qui a le droit de vivre une situation équitable, dans un réel partage, à tous points de vue, ce qui veut dire aussi bien les bons aspects que les moins drôles…

Commencez à vous autoriser à vivre une vie vraiment satisfaisante en prenant conscience du fait que ce n’est pas à vous de tout porter sur vos épaules. Voyez que vous n’êtes plus obligée de fonctionner comme ça et d’accepter ce qui n’est pas acceptable à vos yeux.

Certaines personnes s’imposent parfois tout un tas de choses par peur de ne plus être aimées. Dites-vous bien que quelqu’un qui vous aime vraiment ne tournera jamais les talons parce que vous posez les limites et choisissez de vivre dans un partage vraiment équitable des tâches quotidiennes.

Si un conjoint menace de s’en aller pour ces raisons là, alors qu’il s’en aille, car ce n’est pas « sa moitié » qu’il cherchait mais seulement une personne pour prendre en charge son confort quotidien…

 

Pensez à vous ! Tenez compte de vos besoins, et voyez qu’à notre époque où la majorité des femmes travaillent au même titre que les hommes, il n’y a plus aucune raison pour que la femme soit obligée de penser à tout pour tout le monde. Mais c’est aussi à nous de poser nos limites en commençant par devenir parfaitement claire sur le fait que ce n’est pas notre rôle que de tout gérer pour tous.

Permettre à chacun de prendre ses propres responsabilités est important, et ça commence avec l’éducation de nos enfants. Si ceux-ci ne nous voient pas en train de toujours tout gérer pour tous, ils n’apprendront pas que c’est maman qui est censée s’occuper de tout, et ils deviendront responsables de ce qui est à leur portée. Plus tard, ils n’auront pas à revivre non plus ce type de schémas, ni d’un côté ni de l’autre.

C’est donc à nous de jouer pour faire changer les choses, car quoi que nous vivions, le changement ne peut partir que de l’intérieur 🙂

 

Si cet article vous a parlé, vous pouvez cliquer sur « j’aime » à votre gauche et le partager avec vos proches, et n’hésitez pas à partager avec nous vos commentaires et réflexions sur le sujet sous l’article.

 

 

En vous souhaitant à tous une excellente journée
Laure

 

 

 

 

+ D’infos sur Laure :

Consultations individuelles en Guidance spirituelle et Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site  – Ma chaîne Youtube – Mes livres/ebooks

Formations accompagnées en ligne et outils subliminaux « Transformez votre vie »


 

 

 


 







About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

2 Comments

  1. Colaure

    23 mai 2017 at 15:01

    Bonjour,
    Le titre ‘si vous vous sentez épuisée de devoir toujours penser à toute m’a attiré mais suis déçue du contenue, étant maman seule je ne me suis pas retrouvée dans les explications données, je m’attendais à une aide plus concrète pour gérer tout ce que l’on a à penser.. j’avais qu’à pas imaginer..
    Belle journée et merci pour tous les autres sujets abordés qui m’ont aidés.
    Laure C.

    • Laure Zanella

      23 mai 2017 at 16:19

      Merci pour votre message Laure. En fait, le but ici n’était pas de pousser les gens à se maintenir dans le même positionnement en apprenant simplement à « faire avec », mais bien d’aller créer un changement au sein même des mécanismes qui permettent à ce type de situation d’exister pour qu’on puisse en sortir. Pourquoi se contenter d’apprendre à gérer quelque chose de désagréable si on peut faire en sorte de sortir complètement de ce type de fonctionnement 🙂

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *