Une astuce simple pour apaiser votre blessure ou votre colère face aux erreurs des autres qui affectent votre vie

By on 22 janvier 2016

Crédit photo : Pixabay.com

Crédit photo : Pixabay.com

 

Une astuce simple pour apaiser votre blessure ou votre colère face aux erreurs des autres qui affectent votre vie

Quels que soient le chemin que nous suivons, notre tempérament, notre conception de la vie et tout ce qui va avec, chacun d’entre nous est régulièrement confronté à des situations où d’autres commettent des erreurs et où ces erreurs impactent notre vie.

Il peut s’agir de nos enfants, d’un conjoint, d’un membre de notre famille, un collègue ou n’importe qui d’autre.

La personne que nous avons en face de nous fait une bourde, plus ou moins importante, et celle-ci se répercute négativement sur notre propre vie.

Nous sentons alors la colère monter en nous, ou, en fonction de la situation, nous pouvons aussi nous sentir profondément blessé par ce qui vient de se passer.

Notre premier réflexe pourrait être d’avoir une réaction agressive ou accusatrice envers l’autre, ce qui non seulement ne changera rien aux faits, mais ce qui aura en plus toutes les chances de ternir notre lien avec cet autre.

Je vous propose aujourd’hui une astuce assez simple à utiliser pour éviter de tomber dans le piège de la colère et du ressentiment, pour faire tomber les émotions négatives qui se manifestent en nous quand nous sommes heurtés par les erreurs des autres et faire en sorte de ne pas causer pour ces autres et nos relations avec eux des dégâts supplémentaires.

La clé proposée ici est issue du programme de la formation en ligne « L’art d’influencer » qui ouvrira ses portes le lundi 25 janvier 2016. + D’infos en cliquant ici 

 

Si j’étais à sa place…

Il arrive souvent au cours de notre cheminement que nous nous retrouvions confrontés aux erreurs que commettent ceux qui nous entourent. En fonction de la situation, de notre état moral et des conséquences parfois pesantes pour nous, il y a de fortes chances que nous entrions à ce moment là dans la critique et le jugement.

Qu’est-ce qui se passe alors dans ce cas de figure ? La critique n’est pas vraiment un moteur pour l’autre. Elle provoque au contraire un malaise, autant pour celui qui en est à l’origine que pour celui qui en est la cible, et ça ne donne certainement pas envie à l’autre non plus d’aller dans notre sens et de rectifier le tir.

Par contre, si vous cherchez sincèrement à vous mettre à la place de l’autre en vous disant « Si j’avais eu le même parcours, le même contexte de vie, les mêmes parents, les mêmes épreuves, le même tempérament, etc., comment est-ce que j’aurais réagi dans cette situation ? », vous modifiez radicalement votre angle de vue et vous serez sans doute amené à vous dire qu’à la place de l’autre, en ayant vécu exactement la même chose que lui et en ayant la même compréhension du monde, vous auriez sans doute fait exactement la même erreur que lui.

On ne parle pas ici bien sûr de ces maladresses et petits incidents qui arrivent à chacun d’entre nous, mais de ces choix pas toujours judicieux que nous faisons, d’erreurs qui partent d’un acte délibéré, même si bien intentionné, et entraînent des conséquences négatives.

Quand on cherche à se mettre réellement à la place de l’autre et qu’on prend le temps d’examiner les paramètres qui composent sa vie, on peut alors faire preuve d’une compréhension bien plus grande envers l’autre et faire retomber par la même occasion ces tensions qui nous assaillent souvent lorsque nous vivons des expériences négatives avec les autres.

Ça permet de voir l’autre comme un être humain avec ses failles, ses fragilités, ses soucis, et non comme quelqu’un qui aurait cherché intentionnellement à nous nuire. Souvent, nous le savons, mais notre première réaction est pourtant de fonctionner comme si l’autre avait fait ce quelque chose qui nous met en colère volontairement.

En prenant quelques instants pour respirer et ne pas laisser l’impulsion du moment prendre le dessus, nous aurons alors la distance nécessaire pour regarder la situation avec plus d’objectivité et éviter parfois de gros dégâts au niveau relationnel.

 

Personne ne naît « mauvais »

Voici un autre point important à se rappeler : Aucun enfant ne naît malsain ou méchant. Il n’existe pas de noirceur dans le cœur d’un enfant. Si, en devenant adulte, quelqu’un bascule vers un mode de fonctionnement que nous considérons comme négatif, c’est parce que cette personne a appris à fonctionner d’une certaine manière en fonction des expériences vécues, de l’influence de son entourage et des blessures encaissées.

Ça ne veut pas dire bien sûr qu’il faut tout excuser sous prétexte qu’il y a une raison à un comportement négatif, mais le fait de comprendre comment une personne a pu en arriver là nous aide à vivre différemment cette situation, à modifier notre état d’esprit vis-à-vis de l’autre pour réagir de façon plus humaine et tolérante.

La question essentielle ici est donc : « Si j’étais cette personne, si j’avais vécu ce qu’elle a vécu, qu’est-ce que j’aurais fait à sa place ? »

Et bien souvent, vous allez vous rendre compte qu’en ayant fait exactement le même cheminement que l’autre (ce qui veut dire que vous n’avez pas toutes les infos dont vous disposez de votre côté mais uniquement celles dont l’autre dispose), vous auriez agi exactement de la même façon et sans doute commis les mêmes erreurs.

Rappelons-nous aussi qu’on ne peut qualifier une expérience d’erreur qu’une fois les conséquences observées. Là on peut se rendre compte que le choix fait n’était pas judicieux et qu’il aurait mieux valu en faire un autre.

Mais tant que nous n’avons pas vécu quelque chose concrètement, nous ne pouvons pas forcément savoir quelles seront les conséquences, et donc, nous ne pouvons que faire le choix qui nous semble être le meilleur en fonction de la perception dont nous disposons dans le moment présent.

 

Le ressentir, puis le dire

L’étape suivante de ce cheminement consiste à exprimer tout ceci à l’autre. Si nous allons vers l’autre en le bombardant de reproches, non seulement ça ne changera rien à la situation, mais en plus, ça risque de blesser l’autre un peu plus.

Par contre, si nous allons vers cet autre en lui disant : « A ta place, j’aurais sans doute réagi exactement de la même façon / commis la même erreur. » là, ça change vraiment toute la donne.

L’autre, qui s’attend probablement à être jugé, va au contraire se sentir accueilli, accepté, apprécié malgré tout, et au lieu de vivre un profond malaise, il se pourrait bien qu’il ait envie de se surpasser pour faire mieux à la prochaine occasion.

Quand vous réagissez avec compréhension et indulgence, vous ne donnez pas le sentiment à l’autre qu’il est un être inférieur à vous ou qu’il ne vaut rien, mais vous vous mettez au contraire à son niveau, le considérant d’égal à égal, et ça va représenter une différence énorme au niveau du ressenti de votre interlocuteur, et du vôtre d’ailleurs 🙂

 

Pour passer à la mise en pratique

Observez de quelle façon vous avez tendance à fonctionner dans un cas de figure comme celui-ci, lorsqu’une autre personne commet une erreur et que ça a des répercussions négatives pour vous. Voyez comment vous avez pu vivre ce type de situations par le passé et faites une simple analyse des faits, sans porter de jugement.

Prenez simplement conscience de vos mécanismes habituels en gardant à l’esprit que vous avancez vous aussi en fonction de ce que vous avez appris et de tout ce que vous avez vécu.

En mettant en lumière votre mode de fonctionnement, vous allez pouvoir faire à présent des choix conscients, vous freiner plus rapidement dans votre élan lorsque vous sentez la colère monter en vous et prendre la distance nécessaire pour vous mettre à la place de l’autre et voir comment vous auriez réagi en étant cet autre.

C’est un exercice qui peut demander un gros effort de volonté au départ, car il est bien plus facile de se laisser entraîner par la colère, mais petit à petit, en utilisant chaque occasion qui se présente comme un terrain d’entraînement, il vous sera de plus en plus facile de laisser parler le véritable vous et de faire preuve de compréhension envers les autres.

Vous verrez que ça donnera des résultats beaucoup plus positifs dans vos interactions avec les autres, et de cette façon, vous pourrez aussi parfois leur donner ce petit déclic qui manque à certains pour permettre à leur potentiel de s’exprimer.

C’est un concept tout simple, mais qui est extrêmement précieux et permet à toutes les personnes concernées de sortir gagnante de l’expérience vécue !

 

Découvrez de nombreuses autres clés permettant de communiquer plus efficacement avec les autres, d’améliorer ses relations, d’encourager et stimuler les autres et obtenir leur coopération plus facilement en nous rejoignant pour un parcours de 28 jours au sein de la formation en ligne (vidéos, textes et exercices pratiques) « L’art d’influencer ».

=> Toutes les infos en cliquant ici ! 

 

Une belle journée et un très bon week-end à tous !

             Laure

 

+ D’infos sur Laure :

Guidance spirituelle – Coaching intuitif – Formations en ligne

Me suivre sur facebookDécouvrir mon site 

 


 

Découvrez les derniers arrivants en éditions papier !

Cliquez sur les couvertures ci-dessous pour accéder à l’ouvrage sur Amazon.fr

(Egalement dispo sur tous les autres sites Amazon – Edition papier et Kindle)

Liste complète des ouvrages de Laure en cliquant ICI !

 

 

 


 

About Laure Zanella

Ce qui me passionne dans la vie ? Aider les autres à trouver leur chemin et à faire entrer plus de joie dans leur vie :-) Découvrez les prestations de Coaching intuitif et Guidance Spirituelle de Laure sur son site : www.laurezanella.com A votre service depuis près de 12 ans !

2 Comments

  1. Jeanne

    22 janvier 2016 at 20:27

    Bonjour Laure,
    ce n’est pas toujours facile d’être indulgent, surtout envers soi-même. Mais je pense que vous avez raison. Dorénavant, plutôt que de cultiver de la rancune, je ressens ma colère et je l’accueille, car elle est légitime, ensuite, je prends un peu de recul puis ça passe. Merci pour cet article, passez une bonne journée.

    • Laure Zanella

      22 janvier 2016 at 22:12

      Merci pour votre message Jeanne. Avec mes meilleures pensées

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *